Femmes en action

Forum pour femmes modernes et actives de toutes origines et cultures
 
AccueilCalendrierGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 portrait Fadela Amara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Simply
Collaboratrice
avatar

Nombre de messages : 5887
Age : 45
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: portrait Fadela Amara   Mar 19 Juin - 16:19

Fadela Amara, fondatrice de l’association Ni putes ni soumises, nommée secrétaire d’Etat à la Politique de la ville.
Fadela Amara, 38 ans, à la tête de la marche des femmes «ni putes ni soumises» contre la violence dans les cités.
Soumission impossible
our la photo, elle se tient droite, emmitouflée dans un anorak, le visage lisse, le chignon défait. Sans fard. Sa dernière séance, c'était pour un magazine féminin. Ils avaient lissé ses cheveux, l'avaient maquillée. Elle : «Pas trop : je n'ai pas l'habitude.» Au final, sur le papier glacé, la fille au brushing flamboyant et aux lèvres fuchsia ne lui ressemble pas. Depuis, ses amis la taquinent, l'appellent «geisha Amara» et lui font des fausses propositions de mariage. Elle en sourit.

Elle reçoit dans un appartement impeccablement rangé. Au vingtième étage d'un immeuble du XIXe arrondissement parisien, dont la vue lui donne le vertige. On sent qu'elle y passe peu de temps. Elle y habite depuis qu'elle est montée à Paris, en 2000, pour prendre la tête de la Fédération nationale des maisons des potes, réseau associatif créé dans le sillage de SOS Racisme. Il n'y a toujours pas son nom à l'interphone. Autour d'un thé à la menthe, elle est prête à défendre pendant des heures la marche des femmes en colère contre le machisme et la violence qu'elles subissent dans des quartiers ghettos, à expliquer cette révolte des «Ni putes ni soumises» dont elle est l'initiatrice. Mais rougit légèrement dès qu'on aborde ses histoires à elle.

Fadela Amara est la fille d'une cité de Clermont-Ferrand. Dans ce quartier «aux murs délabrés, où tout transpirait la pauvreté», les adolescents aidaient les vieilles à porter leurs courses, et tout le monde rappliquait quand le malheur frappait une famille. Elle en garde un souvenir «plutôt ensoleillé». Filles et garçons se côtoyaient au vu et au su de tous, même s'ils se fréquentaient en cachette. Les filles pouvaient sortir, se maquiller, s'habiller en jupe courte et talons hauts, à la mode des années 80. Aujourd'hui, les minijupes ont disparu, remplacées par d'informes joggings. La mixité est aux orties. «C'est fini.» Fadela Amara a repéré les dégâts en bas de chez elle. «Des filles me disaient : "Mon frère ne veut pas que j'aille en boîte", ou "Je n'ai pas le droit d'aller en fac à Toulouse", et elles s'inclinaient. Quand elles discutaient entre elles et qu'on leur disait de rentrer, elles obéissaient. A 17 ans, elles acceptaient des mariages arrangés.» Il a fallu de nouveau exhiber le drap maculé de sang, le lendemain des noces. «Les traditions archaïques sont revenues.» Constat particulièrement cruel puisque, comme beaucoup d'autres femmes nées dans les années 1960 de parents immigrés, Fadela était partie à la conquête de sa liberté. Et, sans jamais rompre avec sa famille, l'avait finalement arrachée.

A la maison, l'émancipation n'était pas au programme. Les quatre soeurs et les six frères de cette famille kabyle n'étaient pas élevés de la même manière. Le père, «fier, autoritaire, honnête, austère», bref «montagnard», était ouvrier en bâtiment. La mère, «possessive, chaleureuse, accueillante, méditerranéenne», femme au foyer. Un partage des rôles qui correspond au canevas traditionnel. A 12 ans, Fadela assenait pourtant à son père : «Les hommes et les femmes sont égaux.» Lui : «Oui. L'homme dehors, la femme à la maison.» Pour les horaires, les sorties, filles et garçons n'avaient pas les mêmes droits. «Il fallait faire attention au qu'en-dira-t-on», se souvient Fadela. Zouina, sa mère, «un peu casque bleu», négociait pour qu'elle puisse aller au cinéma et à la danse. A l'école, on la renvoyait à son statut d'immigrée. «L'institutrice a demandé un jour qui était enfant d'étrangers. Les petits Mohamed levaient la main. Pas moi, j'étais française. Elle m'a désignée : "Toi aussi, Fadela."» Chez ses parents, il y a toujours des photos du bled au mur. On y parle kabyle. Son père pratique «un français fracassé». «Je n'ai jamais vécu ça comme un handicap. Au contraire : on parlait une langue à la maison, une autre dehors.»

«Grande gueule», à l'affût du monde, Fadela aurait aimé faire des études de lettres. Elle est orientée vers un CAP d'employée de bureau. Puis elle enquille tous les dispositifs publics d'aide à l'emploi. Pendant ces années au pain sec, elle milite sans relâche.

Dès 16 ans, quand la mairie veut raser son quartier, elle fait du porte-à-porte pour en obtenir la réhabilitation. Elle crée une association de femmes, alors qu'elle n'est pas encore majeure. Participe aux grands mouvements antiracistes (marche des beurs en 1983, SOS Racisme). Puis elle enclenche ce mouvement «Ni putes ni soumises» qui défend les femmes des quartiers sans s'étiqueter «féministe». C'est elle qui organise des états généraux à la Sorbonne en janvier 2002, rédige une pétition qui compte 20 000 signataires à ce jour, et met en place un tour de France qui s'achèvera à Paris le 8 mars. Convaincue que l'action politique paye, elle qui vote depuis ses 18 ans (elle refuse de dire comment) a rencontré des ministres, des responsables de droite et de gauche. «Tu sors d'une cité, tu n'as pas de diplôme, tu es reçue par des gens importants, ça fait quand même quelque chose.»

Ce tempérament «atypique» qu'elle revendique, elle le garde de l'enfance. Petite, elle était solitaire dans une famille nombreuse, cultivait des goûts bien à elle, rêvant de devenir danseuse étoile, adorant Maurice Béjart. Elle était la seule à regarder le journal télévisé avec son père, avide de nouvelles de Cuba ou du Proche-Orient. Ses parents sont analphabètes, elle dévorait les classiques à la bougie. Quand on la cherchait, sa mère répétait : «Fadela a les yeux dans les mots.» Aujourd'hui, quelques livres traînent chez elle : Tigre en papier d'Olivier Rolin, de la poésie arabe. Six caisses de bouquins l'attendent encore à Clermont. Elle cite Yourcenar, Duras... des femmes, encore. Elle préfère l'opéra (Puccini et la Callas) au rap. Elle vénère Meryl Streep et Nathalie Baye. Elle se réjouit dans les guinguettes, se reconnaît dans «la France des petits villages» plus qu'elle ne se nourrit de la (contre) culture de banlieue.

Elle a trouvé sa place, s'est affranchie peu à peu. «En militant, j'ai gagné ma liberté.» Elle a même réussi à inverser le schéma familial. A 21 ans, elle s'est mise à travailler, tandis que son frère, sans boulot, restait à la maison. De quoi faire réfléchir le patriarche. «J'ai gagné ainsi le droit de choisir comment je vis.» D'être musulmane pratiquante et militante «attachée à la laïcité et la démocratie à la française». De parler sur la place publique de sexualité, alors que cela reste tabou au sein de sa famille. De se laisser absorber par le militantisme. D'avoir un jules dans sa vie ­ même si elle ne veut pas en parler ­ dont on devine la présence à une cravate qui traîne, à un appel un peu insistant où il est question d'une vaisselle pas faite. Et à qui elle jure, un peu de mauvaise foi : «Non, il n'y en a pas que pour les journalistes», avant de raccrocher, avec un sourire taquin.

photo DJAMEL DINE ZITOUT

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://simplylife.canalblog.com/
Simply
Collaboratrice
avatar

Nombre de messages : 5887
Age : 45
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Mar 19 Juin - 16:21

http://www.liberales.be/pics/interview/amara.jpg

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://simplylife.canalblog.com/
Elisa
Grande Femme en Action
avatar

Nombre de messages : 1366
Date d'inscription : 19/03/2007

MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Mer 20 Juin - 7:22

Personnellement je ne l'aime pas du tout. Mais bon... qu'une femme ait des responsabilités c'est très bien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nedjma
Admin
avatar

Nombre de messages : 31179
Age : 63
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Mer 20 Juin - 7:55

Elisa, il n'est pas question d'aimer ou de ne pas aimer... il n'est pas question qu'une femme ait des responsabilités juste pour avoir des responsabilités... il s'agit d'être efficace... de faire fi de ses amitiés ou inimitiés pour le bien de tous...
Je l'ai vue et entendue hier soir aux infos... je trouve qu'elle a une forte personnalité, elle dit ce qu'elle pense... je pense qu'elle a plus de chances que Azouz Begag, c'est une femme de terrain, alors que lui est un intellectuel... Elle a l'habitude de se battre, elle saura tenir tête à ses adversaires ou à ses "amis".
Elle a été traîtée de - presque - renégate par la gauche, je trouve qu'elle a de très bons arguments... elle ne renie pas ses opinions, elle veut faire avancer les choses... et ce n'est pas en disant: Moi, j'appartiens à la gauche, je ne fais rien avec un gouvernement de droite que les choses s'arrangeront.
On peut avoir des convictions de gauche et malgré tout travailler avec la droite... le temps des collabos est passé.

_________________
On ne naît pas femme, on le devient (Simone de Beauvoir)


http://manar-buchladen.over-blog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nedjma.canalblog.com/
Simply
Collaboratrice
avatar

Nombre de messages : 5887
Age : 45
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Mer 20 Juin - 7:57

Paperasse Paperasse bravo Nedjma énervé

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://simplylife.canalblog.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Mer 20 Juin - 8:45

Perso, je me demande ce qu'elle va bien pouvoir faire au gouvernement cette Fadela Amara. Qu'a t'elle fait jusqu'à présent pour mériter ce poste ? Elle qui criait haut et fort son féminisme acharné, c'est plutôt curieux de la voir placée sous la coupe de Boutin, défenderesse acharnée des valeurs morales et familiales .....

Je trouve cette femme sans aucune carrure politique. J'attends de voir les actes.
Revenir en haut Aller en bas
Nedjma
Admin
avatar

Nombre de messages : 31179
Age : 63
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Mer 20 Juin - 9:35

Mais... Ambre, on peut être féministe et malgré tout défendre les valeurs morales et familiales...
Je pense qu'elle n'a jamais été contre la morale et la famille... elle s'est battue pour la liberté des femmes dans la société rétrograde et réationnaire dans laquelle elle a grandi... elle s'est battue contre les idées d'une époque révolue... elle s'est battue contre l'injustice et le manque d'éducation des jeunes qui considèrent chaque fille moderne et décontractée comme une putain... c'est surtout contre ♪a qu'elle s'est battue...
Elle s'est battue contre l'enfer des tournantes... contre la violence envers les filles et les femmes...

_________________
On ne naît pas femme, on le devient (Simone de Beauvoir)


http://manar-buchladen.over-blog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nedjma.canalblog.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Mer 20 Juin - 9:53

Elle "s'est battue" de quelle façon Nedjma ? De quelles tournantes parle-t'on ? Tu te souviens peut-être que nous en avions déjà parlé sur MM. J'ai toujours été très distante par rapport à ces histoires là. "On" a voulu nous faire croire que les tournantes étaient monnaie courantes dans les cités, que les jeunes gens qui y habitaient étaient tous des vauriens en puissance, prêts à sauter sur tout ce qui bouge !

Ce n'est pas la réalité des choses. Vivre en banlieue n'est peut-être pas un "long fleuve tranquille", mais ce n'est pas non plus "Fort Alamo" ! Il faut arrêter les clichés dans lesquels les politiques et autres médias veulent nous faire gober. Je ne me suis jamais reconnue dans le parti de F. Amara, parce qu'il ne m'a jamais "parlé". Je n'aime d'ailleurs pas l'intitulé de son mouvement, je le trouve très vulgaire et avilissant.

Nedjma, qu'est-ce qui te permets de dire celà, concrètement :

Nedjma a écrit:
Melle s'est battue pour la liberté des femmes dans la société rétrograde et réationnaire dans laquelle elle a grandi... elle s'est battue contre les idées d'une époque révolue... elle s'est battue contre l'injustice et le manque d'éducation des jeunes
Elle s'est battue contre l'enfer des tournantes... contre la violence envers les filles et les femmes...
Revenir en haut Aller en bas
Simply
Collaboratrice
avatar

Nombre de messages : 5887
Age : 45
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Mer 20 Juin - 10:51

Ambre il y des fait tout de même il ne s'agit pas de tout gober, et de généraliser.

mais ils y a eu des victimes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://simplylife.canalblog.com/
Nedjma
Admin
avatar

Nombre de messages : 31179
Age : 63
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Mer 20 Juin - 13:04

Je dois aler au jardin d'enfants maintenant, je reviendrai discuter plus tard...

_________________
On ne naît pas femme, on le devient (Simone de Beauvoir)


http://manar-buchladen.over-blog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nedjma.canalblog.com/
Elisa
Grande Femme en Action
avatar

Nombre de messages : 1366
Date d'inscription : 19/03/2007

MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Mer 20 Juin - 19:15

Je suis tout à fait de l'avis de Ambre, et je réitère : je ne l'aime pas, et je n'aime pas non plus ses idées et j'ai toujours trouvé que le "ni putes ni soumises" était vulgaire. Un jour je suis allée à un stand de ni putes ni soumises et leur ait demandé le pourquoi, on m'a répondu que c'était pour "provoquer" et ben.... avec ça nous avançons !
Je ne crois pas non plus à sa "grande gueule" pour moi je la vois comme ça excusez moi. Je n'aime pas les gens comme ça qui donnent l'impression de tout vouloir avaler sans avoir peur de rien... de plus elle prône une catégorie de femmes et de jeunes filles qui ne me convient pas. Maintenant on va voir... j'ose espérer que parce qu'elle est une femme elle ne nous fera pas honte.... (j'avais pas le temps d'expliquer ce matin)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nedjma
Admin
avatar

Nombre de messages : 31179
Age : 63
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Jeu 21 Juin - 8:32

aller avec 2 l

_________________
On ne naît pas femme, on le devient (Simone de Beauvoir)


http://manar-buchladen.over-blog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nedjma.canalblog.com/
Simply
Collaboratrice
avatar

Nombre de messages : 5887
Age : 45
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Jeu 21 Juin - 9:20

Nedjma a écrit:
aller avec 2 l
??????

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://simplylife.canalblog.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Jeu 21 Juin - 10:09

Notre Nedjma "travaillerait-elle du chapeau ?" servi
Revenir en haut Aller en bas
Inès
SuperFemme en action
avatar

Nombre de messages : 2910
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Jeu 21 Juin - 10:18

Citation :
Je dois aler au jardin d'enfants maintenant, je reviendrai discuter plus tard...

elle l'avait oublié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simply
Collaboratrice
avatar

Nombre de messages : 5887
Age : 45
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Jeu 21 Juin - 10:27

Nedjma arrêtes c'est pas grave qi je dois reprendre tout les poste ou j'ai fait des fautes !!!
c'est plus 7000 messages qu'on va avoir mais 20 000 :018:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://simplylife.canalblog.com/
Nedjma
Admin
avatar

Nombre de messages : 31179
Age : 63
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Jeu 21 Juin - 12:18

je déteste faire des fautes, ça me rend malade! Oui, Ambre, tu as raison, je travaille vraiment du chapeau.

_________________
On ne naît pas femme, on le devient (Simone de Beauvoir)


http://manar-buchladen.over-blog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nedjma.canalblog.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Jeu 21 Juin - 15:59

Moi aussi Nedjma, je suis comme toi, je déteste faire des fautes. Je prévisualise souvent avant d'envoyer .... Pourquoi n'as tu pas "édité" tout simplement ton message ?

Rassure toi, on "travaille tous et toutes du chapeau" à un moment ou à un autre de notre vie, la vie est tellement stressante que l'on peut difficilement faire autrement ! servi
Revenir en haut Aller en bas
Nedjma
Admin
avatar

Nombre de messages : 31179
Age : 63
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Jeu 21 Juin - 16:05

Pas le temps de prévisualiser, la Nedjma... vite... vite... vite...

_________________
On ne naît pas femme, on le devient (Simone de Beauvoir)


http://manar-buchladen.over-blog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nedjma.canalblog.com/
Elisa
Grande Femme en Action
avatar

Nombre de messages : 1366
Date d'inscription : 19/03/2007

MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Jeu 21 Juin - 17:47

Nedjma a écrit:
aller avec 2 l
:018: :018: :018: :018:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Ven 22 Juin - 15:28

Un article du Quotidien d'Oran qui rejoint assez bien mon sentiment sur F. Amara.

Amara à la chorba !



Enfin une bonne nouvelle ! La gauche, en général, et le parti socialiste, en particulier, sont enfin débarrassés de Fadela Amara, qui, comme tant d'autres affamés, n'a pas pu résister au fumet harponneur de la chorba sarkozyenne. Certains, toujours à gauche, se lamentent, hurlent à la trahison, dénoncent les manoeuvres de l'UMP et ses débauchages indus pour finir par traiter Amara de rénégate. Ils ont tort et leur colère n'en vaut vraiment pas la peine. C'est plutôt «bon débarras» qu'ils devraient chanter sur un air de satisfaction après un second tour pas aussi catastrophique que prévu.

Disons-le franchement, la figure incontournable de l'association «Ni putes ni soumises» (Npns, initiales un peu plus politiquement correctes), n'a pas l'envergure d'un Kouchner ou même d'un Besson. C'est une personnalité dont le discours approximatif et parfois incohérent ne m'a jamais convaincu. bien au contraire, il y a beaucoup à dire sur la manière dont son organisation a été instrumentalisée au fil des polémiques et débats qu'a connus la France au cours des dernières années.

Mais revenons d'abord sur la réaction de certains socialistes vis-à-vis de cette défection. Le plus intéressant dans l'affaire, c'est que les propos que la presse a rapportés ici et là laissaient paraître une amertume bien particulière. «C'est nous qui l'avons faite, comment peut-elle nous trahir ainsi ?» est l'interrogation qui résume le mieux l'affliction de ces socialistes. Et, effectivement, cette question mérite d'être posée.

Certes, il n'est pas rare de voir en politique une créature échapper à ses géniteurs, mais dans le cas présent cela braque les projecteurs sur l'incapacité du PS à être lucide vis-à-vis de certains beurs et beurettes qui évoluent dans ses structures. Il y a quelques semaines, j'avais consacré une chronique à la rancoeur dont fait l'objet ce parti chez nombre de Français ayant des racines au Maghreb. Et justement, l'un des motifs de cette rancoeur résidait dans le fait que cette formation politique a souvent privilégié l'ascension de béni-oui-oui, venus à la soupe rose parce que c'est tout ce qui s'offrait à eux, jusqu'au jour où une meilleure opportunité s'offre à eux.

Comment peut-on se dire de gauche, affirmer que l'on défend «les quartiers» et rejoindre un gouvernement dont le véritable patron, c'est-à-dire le président en personne, a passé son temps à stigmatiser leurs habitants, évoquant les moutons égorgés dans les baignoires, accolant la question de l'identité française à celle de l'immigration et n'ayant jamais reconnu sa responsabilité, fût-elle indirecte, dans les émeutes de novembre 2005 ? Eh bien, non, Amara nous explique qu'elle «reste de gauche» et qu'elle gardera «son franc-parler». On verra bien...


Mais la raison essentielle pour laquelle je me réjouis du passage de la fondatrice de Npns dans l'autre camp, c'est que j'espère que cela va obliger le parti socialiste à réfléchir sur son discours et sur sa tendance à s'aliéner ce qui devrait normalement constituer une partie non négligeable de sa base. On a beaucoup dit au cours de la campagne électorale, reprenant en cela des conclusions qui avaient déjà été faites après la défaite de Jospin en 2002, que le PS ne s'adressait plus aux ouvriers et, de façons plus générales, aux classes populaires.

Si l'on admet une bonne fois pour toutes que les minorités qui habitent dans les banlieues font partie de ces classes populaires - et que parfois même, selon les régions, elles en représentent la partie essentielle -, on se rend compte que, non seulement les socialistes les ont ignorées mais qu'ils ont contribué eux aussi à les stigmatiser en fabriquant «ni putes ni soumises».

Au départ de la création de cette association, il y avait une bonne idée. Celle de lutter contre le machisme dans les banlieues et d'aider les jeunes filles à pouvoir s'émanciper de leurs milieux familiaux, souvent conservateurs voire rétrogrades. Vaste tâche qui ne concerne pas seulement l'entourage. Par exemple, je fais partie de ceux qui affirment qu'un certain rap français, avec ses vidéoclips outranciers et sa glorification de la culture bling-bling (culture de la frime et du tape-à l'oeil vulgaire où le sexe, les diamants, le champagne et les embrouilles entre gangsters des ghettos tiennent une part essentielle des paroles et des images), est un véritable scandale car il exalte la misogynie et contribue à accroître les violences contre les femmes dans les quartiers.

Seulement voilà, Fadela Amara et son association ont contribué à stigmatiser «tous» les habitants mâles des banlieues. A l'entendre, tous des brutes, tous des violeurs potentiels, tous des adeptes des tournantes et, plus récemment, tous des islamistes en puissance. D'ailleurs, à chaque fois que je lis où entends les propos de Npns, je repense à un texte de l'écrivain et journaliste (et chanteuse !) Souad Belhaddad qui, dans son livre «Entre deux je», raconte comment elle a eu, très tôt, l'intuition selon laquelle «les grands perdants» seraient les garçons des cités.

Je n'ai jamais entendu les représentants de Npns expliquer que la pratique des tournantes existe aussi dans les quartiers huppés ou que le trafic et la consommation de drogue ne sont pas l'apanage des banlieues. Je ne les ai jamais entendus rappeler que les femmes battues en France le sont partout et dans tous les milieux et qu'il est même possible qu'elles le soient plus dans le seizième arrondissement parisien qu'à Villetaneuse. Bien ou contraire, le discours sans nuance de Npns a toujours renforcé les clichés et les a-priori négatifs sur les mâles vivant dans les quartiers populaires. En un mot, Amara a toujours servi le discours qu'on attendait d'elle et ce n'est donc pas une surprise pour moi de retrouver cette chérie des féministes germanopratines dans le Sarkoband.

D'ailleurs, à bien regarder ce gouvernement dit d'ouverture, on se rend compte d'une chose étonnante. Les représentants des minorités visibles sont uniquement des représentantes. On peut penser qu'il s'agit d'une simple coïncidence. Je ne le crois pas, cela relève d'un état d'esprit très présent chez les élites politiques françaises pour lesquelles il y a bien plus à espérer des femmes de banlieues que de leurs voyous de frères, cousins ou pères.

Akram Belkaïd
Revenir en haut Aller en bas
Elisa
Grande Femme en Action
avatar

Nombre de messages : 1366
Date d'inscription : 19/03/2007

MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   Ven 22 Juin - 18:18

comme tout le monde elle montre du doigt uniquement une catégorie de personnes, alors qu'il se passe des choses horrifiantes dans d'autres catégories.
Comme le dit l'article les tournantes n'ont certainement pas lieu que dans les banlieues ! et les femmes battues n'existent pas que dans les banlieues. Loin de là !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: portrait Fadela Amara   

Revenir en haut Aller en bas
 
portrait Fadela Amara
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» noms ...
» Portrait chinois
» Un village français refuse le portrait du président Sarkozy
» Une association déterre l’affaire du portrait de Pétain
» mon petit portrait

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Femmes en action :: Femmes d'action :: Traditions, sexualité et histoire du Maghreb et du Monde-
Sauter vers: