Femmes en action

Forum pour femmes modernes et actives de toutes origines et cultures
 
AccueilCalendrierGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le voile traditionnel au Maghreb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nedjma
Admin
avatar

Nombre de messages : 30480
Age : 63
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Le voile traditionnel au Maghreb   Dim 10 Juin - 18:34

On a longuement discuté sur le hidjab, et nous sommes toutes d'accord que le hidjab n'est pas propre aux pays du Maghreb. C'est un produit d'importation qui date des années 1970, et qui a connu un essor après la prise de pouvoir de Khomeini en Iran.
En Algérie, il a fait son entrée avec les profs d'arabe venus d'Egypte qui ont beaucoup influencé les jeunes filles... puis il y a eu l'imam Ghazali, aussi un fondamentaliste égyptien qui sévissait à la télévision algérienne.

Avant ça, les femmes portaient le voile blanc, d'origine turque ottomane, ou le voile noir, la m'laya, originaire de l'est algérien - de Constantine.

Je vais mettre des articles que j'ai retrouvés dans mes archives et qui vous intéresseront peut-être... sûrement...

_________________
On ne naît pas femme, on le devient (Simone de Beauvoir)


http://manar-buchladen.over-blog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nedjma.canalblog.com/
Nedjma
Admin
avatar

Nombre de messages : 30480
Age : 63
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Le voile traditionnel au Maghreb   Dim 10 Juin - 18:37

Si la m’laya m’était contée

Son histoire est intimement liée au destin tragique de Salah bey qui gouverna Constantine durant 21 ans dans le dernier tiers du XVIIIe siècle.



Depuis quelques années, le port du fameux voile noir par les femmes dit m’laya est un fait rarissime aussi bien à Constantine que dans les principales villes de l’Est algérien.Troquée contre le hidjab, par commodité pour certaines, par modernité pour d’autres, la m’laya est le dernier effet vestimentaire à avoir résisté aux tentations de la modernité après la disparition, depuis fort longtemps, de nombreux habits traditionnels masculins et féminins. L’apparition de la m’laya dans le vécu des femmes de l’Est algérien, particulièrement à Constantine, remonte à plus de deux siècles. Son histoire a toujours été intimement liée au destin tragique d’un homme exceptionnel qui marquera pour l’éternité la mémoire collective constantinoise. Il s’agit de Salah bey qui gouverna Constantine durant 21 ans dans le dernier tiers du XVIIIe siècle. Connu pour ses ambitions politiques illimitées, il vécut une fin brutale et tragique. « Le 8 août 1792, le dey Husayn, nouvellement nommé, proclame la destitution de Salah bey et envoie pour le remplacer un certain Ibrahim Bousbaa, ancien caïd du Sébaou, dans l’Ouest. Quatre jours après son arrivée à Constantine, les partisans de Salah bey mettent à mort Ibrahim Bousbaa et Salah bey reprend les rênes du beylik et entre, de fait, en dissidence contre la régence à Alger qui n’hésitera pas à lui envoyer une armée renforcée. Dans la ville, à la faveur d’une insurrection, Salah bey perd ses derniers appuis. Sa tentative d’insoumission se termine dans le sang. Il est arrêté et étranglé le 1er septembre 1792. »(1). Les conséquences de cet événement et l’origine de la m’laya se trouvent expliquées par H’sen Derdour dans son volumineux ouvrage Annaba, 25 siècles de vie quotidienne et de luttes. Il évoque ainsi que « les Constantinois, qui étaient passionnés par son drame et dans lequel tout leur paraissait invraisemblable, les femmes, plus particulièrement, n’hésitèrent pas à accuser “le destin” de l’énormité, de l’horreur du crime. Aussi “banoutète”, “fkèrète” et “nadabète”, après chants lugubres et pleurs, se donnèrent-elles la mission de prononcer un deuil qui dure encore de nos jours : le port d’un voile noir aux plis lourds, qui enveloppe la femme de la tête aux pieds avec pour accessoire une désagréable chebrella (savate sans talon) »(2). Faut-il savoir d’après le même ouvrage que les femmes de l’Est algérien avaient porté avec élégance, modestie et dignité le haïk blanc, bien qu’à cette époque ce voile noir et encombrant ne fut pas une nouveauté.
Une tradition perpétuée
Depuis 1792, le port de la m’laya, obligation faite à la fille qui atteint la puberté, n’a guère changé. Un rituel qui se transmet de génération en génération avec les mêmes gestes, même si les accessoires d’accompagnement ont changé avec le temps. Mme Houria F., qui se rappelle bien l’époque des années 1950 quand elle a vu ses tantes porter la m’laya pour la première fois, remonte au premier jour où elle a mis le fameux voile noir une année après l’indépendance. « A l’époque, la chebrella connaissait déjà ses derniers jours. Les jeunes femmes préféraient les babouches par temps froid et les sandales en été. Certains hommes parmi les plus conservateurs n’admettaient pas encore que leur femme se découvre les pieds. Ils leur imposaient de porter des chaussures avec des “sockets”, une sorte de chaussettes en laine. C’était un peu dur à supporter », nous dira-t-elle. Selon toujours Mme Houria F., « la confection de la m’laya se faisait toujours à partir d’un tissu noir long de 12 bras, confié aux soins d’un couturier. Avec le morceau de tissu blanc appelé aâjar mis sur le visage, l’ensemble nous coûtait environ vingt dinars dans les années 1960, soit le prix d’une pièce de louis d’or de l’époque. Cette dernière vaut aujourd’hui près de 4000 DA. La façon de mettre la m’laya a toujours été simple et rapide. Après avoir serré la partie supérieure autour de la tête, on balance d’un mouvement bref du bras, appelé “ramia”, l’aile droite puis l’aile gauche derrière l’épaule en les tenant avec deux épingles. Une large fente maintenue au centre permettra une liberté du mouvement pour les bras. » La m’laya, son histoire, sa simplicité et son charme font désormais partie du passé. Pour les nostalgiques, il ne faut pas rater une occasion d’admirer pour les rares fois une m’laya furtive dans la rue. Ce sera comme assister au passage d’une comète inconnue dans le ciel.

Arslan S.
El Watan - 11 novembre 2004

(1) D’après le livre d’Isabelle Grangaud La ville imprenable-une histoire sociale de Constantine au XVIIIe siècle Editions Média - Plus -Constantine - 2004.
(2) D’après le livre de H’sen Derdour Annaba - 25 siècles de vie quotidienne et de luttes Tome 2 Editions SNED - Alger 1983

_________________
On ne naît pas femme, on le devient (Simone de Beauvoir)


http://manar-buchladen.over-blog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nedjma.canalblog.com/
Nedjma
Admin
avatar

Nombre de messages : 30480
Age : 63
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Le voile traditionnel au Maghreb   Dim 10 Juin - 18:39

1ère partie

Le deuil du Bey Salah de Constantine couvrit tout le beylik de l'Est, dont les limites étaient la Méditerranée au nord, la Tunisie à l'est, le Sahara au sud jusqu'à Ouargla et à l'ouest la chaîne des Bibans.
Il est de loin le plus important et le plus peuplé des trois beyliks de la régence avec 1.300.000 habitants. Cela dura jusqu'à l'aube du 21ème siècle et des générations de femmes de l'Est algérien demeurent tout ce temps-là, par mimétisme reproductif et effet d'entraînement, des endeuillées qui s'ignorent. Il aurait fallu que l'homme, son envergure, ses actions et sa popularité en soient dignes.

LA DISCRÈTE ÉCLIPSE DE LA M'LAYA, OU L'ULTIME ADIEU À SALAH BEY
L'histoire du voile noir des femmes de l'Est

Par ABDELKADER KELKEL

En signe de deuil ostentatoire et défiant les hommes, les femmes du beylik de l'Est décidèrent par choix en 1792 de porter un habit de sortie fait d'une toile noire sans couture au début - clin d'œil au linceul - dont elles se couvrirent tout le corps : la m'laya.
De leur côté, par provocation et bravade à l'ordre du Dey d'Alger d'alors, les hommes composèrent et chantèrent. Ils ont dit, les Arabes :
- Ils ont dit :
- Nous ne donnerons ni Salah ni sa fortune
- Nous ne le combattrons point non plus
- Dussent les têtes tomber sur les têtes, etc.

Salah Bey de Constantine, ce Turc né à Smyrne, l'actuel Izmir, alors janissaire, impressionna par sa bravoure au combat le Bey Ahmed Bey El Colli en 1756 durant la campagne contre Tunis, qui le nomma au retour Caïd des Harractas. Il en fit par la suite son gendre en lui faisant épouser sa propre fille. Pour enfin le désigner en qualité de Khalifa, son successeur à la tête du Beylik. A la mort d'Ahmed Bey El-Colli en 1771 et pour juguler les soulèvements tribaux dans le Constantinois, le Dey Pacha Mehemet Ben Osmane - 1766-1791 -, qui avait un sens aigu de l'Etat et des affaires publiques, donna à la régence d'Alger un rang considérablement prépondérant et un large rayon d'emprise sur tout le trafic maritime du Bassin méditerranéen. Il nomma l'énergique et résolu Salah au poste de Bey de l'Est.
Selon ce qui nous est parvenu, Salah Bey rendit le Beylik prospère et le peuple vécut heureux sous son règne. De par sa stature, il était respecté et écouté par le Dey d'Alger. Il avait aussi une grande influence sur les beys de la dynastie des Husseinides de Tunisie de son époque. Bâtisseur, il créa dans la banlieue de Constantine, à El-Hama, des vergers et des maraîchages. Il fonça des puits et construisit des norias - na'ouras -pour encourager la culture du riz . A Annaba, il fit creuser des canaux pour drainer les eaux saumâtres et stagnantes qui firent place à d'immenses plaines cultivables. Des concessions furent alors accordées pour la construction de moulins à grains.
Au sud de Constantine, sur la route de Batna, les plaines de Aïn M'lila furent également concédées et chaque famille eut son terrain à cultiver. Il fit venir un architecte minorquin mahonais nommé Bartholoméo, qu'il chargea d'étudier, de concevoir et de superviser les travaux de construction du pont d'El-Kantara. Il ordonna l'édification des mosquées de Sidi El-Kettani en 1775 et de Sidi Lakhdar. Tolérant, il permit aux juifs de Constantine de former sur leur demande un quartier en leur concédant des terrains sous condition d'y construire des maisons sans se ghettoïser.

Il organisa l'enseignement à travers tout le Beylik, qu'il fit financer par les revenus des biens habous dont il avait réalisé un recensement exhaustif. Le fonctionnement des médersas fut sous son règne réglementé de la sorte :
La structure d'une médersa se composait :
1- du Mesjed, comportant une salle de prière et une salle de cours.
2- de cinq salles : une affectée au logement du cheikh-professeur et quatre salles réservées à l'internat des tolba-étudiants à raison de deux étudiants par salle. Tous les étudiants percevaient une bourse d'étude. La connaissance parfaite et par cœur du Coran était prérequise à l'admission des tolba dans les médersas. Aucune distinction n'était faite entre citadins et ruraux, de rite malékite ou de rite hanafite. Les étudiants devaient aussi être célibataires. Les cours étaient organisés en trois séances quotidiennes :
- La première du lever du jour, après la prière du Fajr, jusqu'à onze heures.
- La seconde dispensée de la prière du Dohr à la prière du Acer.
- La dernière, après une courte pause, jusqu'à la prière du Maghreb.
Les congés durant une année d'étude ne devaient en aucun cas dépasser 30 jours : généralement à l'Aïd El-Fitr et à l'Aïd El-Adha. Les tolba dont la progression scolaire était lente sur une période de 10 ans étaient exclus et remplacés par d'autres.
3- d'une meidha pour les ablutions.
Chaque médersa était gérée financièrement par un oukil-économe et entretenue par un portier-factotum, chargé également des lustres de la salle des prières.

Cet excellent organisateur était aussi un fin stratège de guerre et un valeureux combattant. Il avait souvent accordé asile et fait accueil honorable aux tribus de l'Ouest tunisien qui se soustrayaient à l'autorité du Bey de Tunis, telles les Hemmama et les Ouled Ayar, dont des familles devenues depuis algériennes sont installées aujourd'hui dans l'est et au sud de la wilaya de Souk-Ahras. Il régla et pour longtemps, lors d'une expédition dans le Sahara, le sempiternel conflit de leadership qui opposait les Bengana et les Bouakkaz dans les Ziban. Lors de cette campagne, il mit en place un système équitable de répartition des eaux d'irrigation entre les palmeraies.
En 1775, et face à la menace espagnole sur Alger, il leva une armée de 20.000 hommes qu'il mena après une longue marche jusqu'entre les oueds El-Harrach et El-Hamiz . A partir de cette position, il protégea le flanc est de l'armée levée par le Dey-Pacha Mehemet Ben Osmane. Au moment le plus ardent de la bataille, il fit avancer ses hommes derrière des dromadaires qui leur servaient de protection. Par cette tactique, il contraignit ses ennemis à battre en retraite et à rejoindre, vaincus, leurs galères avec d'importantes pertes, pour cingler vers le large jusqu'à Alicante.
Le Dey-Pacha Mehemet Ben Osmane, qui mourut en 1791, selon Ahmed Tewfiq El-Madani, n'eut jamais recours aux médecins durant toute sa vie et ne prit aucun médicament, se contentant de s'abstenir de manger, ne prenant que de l'eau jusqu'à la guérison. Et parce que, rapporte-t-on, Salah Bey faisait face à l'opposition de nombreux chefs religieux qu'il avait réprimés, avant de s'attaquer à la riche zaouïa de Sidi-Abid des Hannencha. Il fut, disait-on, par eux maudit. Parce qu'il fut atteint par leur malédiction, le nouveau Dey-Pacha Hassan (1791-1798) le destitua et nomma pour le remplacer un de ses proches : Ibrahim Bey Bou-Seba'a. Ne l'entendant pas de cette oreille et encouragé par le peuple du Beylik, Salah-Bey se rebella et mit à mort son successeur en la faisant étrangler. Ibrahim Bey Bou-Seba'a régna trois jours : ce fut le règne le plus court de l'histoire du Beylik de l'Est. Il ne se laissa guère démonter ni par cette désobéissance brutale ni par la mobilisation insurrectionnelle du peuple de Constantine qui chantait déjà : «Nous ne donnerons ni Salah ni sa fortune».
Hassan Dey Pacha nomma et fit escorter jusqu'à Constantine un autre de ses proches : Hossein Bey Ben-Hossein Bey Bou-H'nak. Devant une pression intenable et probablement trahi par certains des siens achetés ou corrompus, Salah Bey fut capturé et mis à mort par strangulation par son successeur. La fin tragique et tumultueuse de Salah Bey affligea les hommes et les femmes qui, elles, choisirent librement de porter désormais la m'laya en signe de deuil tenace, ferme et obstiné. Depuis lors, cet habit couleur de deuil est porté beaucoup plus par les citadines de l'Est que par les rurales, qui, elles, ne l'utilisaient que rarement, quand elles se rendent en ville justement. Sinon, elles mettent la melehfa, en tissu de coton fleuri, dont elles s'enveloppent le corps. Plusieurs tableaux de Nasr -Eddine-Etienne Dinet les représentent en cet habit, notamment «Femmes algériennes» et «La nuit du Mouloud».

_________________
On ne naît pas femme, on le devient (Simone de Beauvoir)


http://manar-buchladen.over-blog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nedjma.canalblog.com/
Nedjma
Admin
avatar

Nombre de messages : 30480
Age : 63
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Le voile traditionnel au Maghreb   Dim 10 Juin - 18:39

2ème partie

LA DISCRÈTE ÉCLIPSE DE LA M'LAYA, OU L'ULTIME ADIEU À SALAH BEY
L'histoire du voile noir des femmes de l'Est

Par ABDELKADER KELKEL


Pour les nouvelles mariées, il est de mauvais augure de mettre une m'laya dans le trousseau (Choura) de la mariée que forment les plus fins tissus, les plus beaux vêtements, les plus chics habits et les plus belles parures glanées une à une et conservées jalousement par toutes les mères jusqu'au mariage de leurs filles. La m'laya n'est achetée que bien tard après le mariage.
Elle est remplacée dans le trousseau de la future mariée par le haïk, ou sefsari, fait de laine très fine ou de fils de soie écrus pour les meilleurs et les plus chers. D'ailleurs, dans les villes de l'Est, jusqu'à récemment, quand les femmes allaient au hammam en haïk de sortie, cela dénotait leur état de nouvelle mariée (aroussa). Notamment par deux fois : la première est dite celle du hammam el-khaloua : c'est-à-dire le bain en solitaire, où la future mariée est seule dans une cabine à l'intérieur même de la salle chaude du hammam, pour sa toilette intime.
Ces cabines existent encore de nos jours dans les hammams. Ce bain a lieu entre 2 à 3 journées avant la nuit de noces. Certaines y retournent la veille de la nuit de noces pour un hammam dénommé tachlila, mot à mot : se doucher rapidement d'eau en cascade. Ce qui l'oppose au hammam complet qui, lui, consiste en un lavement entier du corps. D'abord deux à trois fois au savon et au khzam : une filasse obtenue à partir de chanvre textile traité, ou à partir d'une sorte de calebasse également séchée et traitée, pour dégraisser la peau et libérer les pores.
Ensuite, vient la phase du frottement du corps avec la kassa, faite d'une toile de laine tissée très serrée, généralement de couleur noire. Présentement, les kassas sont faites en divers tissus synthétiques, surtout en nylon, pour désencrasser la peau et la préparer à recevoir le dernier lavement au savon parfumé et le massage. C'était avant l'apparition du gel douche. Les cheveux, eux, subissent un traitement particulier : après un lavement anciennement au savon, et depuis au shampoing, (soit au tfal : une argile diluée en boue, traitante et adoucissante employée en masque sur la peau et les cheveux). Sinon, ces derniers sont traités au henné.
La seconde fois, c'est celle du hammam El-Atria : c'est le bain de l'imprégnation d'odeurs agréables et de bonnes senteurs. Ce hammam a lieu pareillement en haïk blanc, mais 20 jours après la nuit de noces. C'est la première sortie de la nouvelle mariée du domicile conjugal. C'est surtout l'occasion pour la famille de la mariée d'inviter à déjeuner avec leur fille la nouvelle belle famille, pour faire plus ample connaissance et renforcer l'alliance naissante.

A son avènement, la m'laya ne comportait aucune couture. Mais par commodité et nécessité, elle fut cousue en son bas en forme de jupe. En son haut, furent aussi cousus deux rubans de la même toile qui servent à nouer la m'laya autour de la tête.
A l'adoption de cet habit noir de sortie par les femmes de l'Est - cela ne s'est pas fait en un jour -, le visage fut couvert d'un foulard en tissu léger de couleur sombre, terne, noir, marron foncé mais diaphane. Ce foulard – maharma - fut conservé par les femmes rurales de l'Est jusqu'à l'indépendance. Alors que les citadines avaient adopté, pour se couvrir le visage, une voilette blanche ou écrue faite en tissu de percale, ou percaline, sinon en soie de Tussor pour celles de qualité, les plus élégantes et les plus chères aussi. Elle peut être finement brodée ou simplement ornée de guipure : le adjar. Il peut être court, comme il peut être long, renseignant alors que celle qui le porte est une femme âgée. Mais cette règle n'est pas toujours respectée. Mais dans les deux cas, il laisse apparaître les yeux, souvent avec habileté et délicatement cernés de k'hol à l'aide d'un stylet - le meroued -, fait de bois noble, de cuivre, d'os ou d'ivoire pour les plus distinguées. Les sourcils sont, eux, esthétiquement épilés en forme de noune, le N de la langue arabe. Celles parmi les femmes de l'Est qui veulent faire les coquettes laissent prendre des deux côtés une mèche de cheveux sortant de dessous le haut de la m'laya, qui parcourt la partie du cou qui descend de l'oreille jusqu'à la clavicule. Cet espace est appelé en arabe Salef, ou Soualef au pluriel, que décrivent et chantent les qaçaïd du malouf et du chaabi. Les coquettes laissent parfois voir également par provocation gestuelle codée, quand elles sortent, leurs chevilles de dessous la m'laya.
Elles sont alors l'objet de fantasmes tus ou déclinés en poèmes et chansons. Qui ne se souvient du regretté cheïkh Hassen Aouchal El-Annabi chanter : «Bonjour et bonsoir à toi, O, celle à la jambe gracieuse. Dieu te ramènera à lui» («S'bah el-kheir alik, ems elkheir alik, ya moulette essak edhrif. Allah itoub alik»).

Les sorties de femmes n'étaient pas courantes avant l'indépendance. D'ailleurs, un adage machiste bien de chez nous dit que la femme sort deux fois de chez elle : la première, du domicile paternel à celui de son mari, et la deuxième fois, de ce dernier au cimetière. Donc, la m'laya se conservait une vie durant, puisque peu utilisée. Et quand il arrivait qu'elle perde de sa couleur, le teinturier, entendu au sens premier, lui redonnait son éclat en plongeant la toile, préalablement identifiée par un jeton de bronze numéroté, dans un chaudron de cuivre encastré dans un socle construit en dur, sous lequel brûle un foyer de bois de pin d'Alep ou de genévrier, dans un mélange d'eau et de poudre de teinte noire dont lui seul connaît le dosage : un secret de métier.

La m'laya exhale aussi les fragrances du corps de sa propriétaire, que les initiés devinent au détour d'une rencontre furtive, imprévue et inattendue. Pour ceux qui ne sont pas avertis, la beauté, le charme, la grâce et l'attrait fuyants d'une telle rencontre demeurent énigmes et mystères. Ces effluves évanescentes ont pour origine la combinaison experte et habile d'arômes, d'essences, de pigments, donnant au final un bouquet paisible, suave et exaltant. Ces mixtures odoriférantes de graines, de plantes, de feuilles, de racines et de minéraux font aussi des cosmétiques, des médications et des bijoux. Le k'hol, ce cosmétique qui cerne, rehausse les yeux et en fait un point de fixation au-dessus du adjar, est fait à base de sulfates de cuivre - toutia -, d'alun, de carbonates de cuivre, de clous de girofle et de sulfates naturels d'antimoine savamment dosés.
Le skhab, ce bijou qui ceint le cou et pend sur la poitrine des femmes, est un collier de grains ouvrés en forme pyramidale faits à base de pâte grasse de clous de girofle, ou tib : c'est le bouton floral séché du giroflier, un arbre originaire de l'Insulinde et surtout de l'île de Zanzibar, dont les propriétés de l'essence sont aromatiques, antiseptiques et particulièrement antalgiques dentaires. Toute cette préparation est mélangée à de l'ambre. Cette autre substance merveilleuse et singulière parce que provenant de la concrétion intestinale du cachalot, mais aussi fameuse car elle peut provenir de résines fossilisées d'origine végétale. Et enfin, et c'est dommage pour le mystère, la légende et le romanesque, puisqu'elle peut être produite en parfums synthétiques.
Mélangées à d'autres épices selon les goûts et à de l'alun qui sert de liant et de durcisseur, les graines sont alors montées en rangées de trois ou quatre tresses sur un fil en coton cordonné et durci à la cire d'abeille, avant que le fil de nylon fin de pêche ne soit utilisé. Après le montage de chaque graine, un nœud simple est pratiqué pour la fixer et rendre souple le bijou. Des broches en or, finement ciselées en filigrane, de forme oblongue, sont placées pour l'élégance et la richesse, en alternance régulière, sur les tresses de graines, appelées haska, par comparaison au fruit séché du chardon chausse-trape - bounaggar -, qui s'attaque à la laine des moutons et aux habits.
Le skhab est une parure de cérémonie agrémentée d'un pendentif en forme de poire, «l'anzassa», fait d'or fin et d'ivoire, dont s'ornent et s'embellissent les femmes lors des fêtes, des mariages surtout. L'odeur du bijou se répand, s'étale et déteint alors sur les habits et sur la m'laya d'une façon quasi indélébile. Plusieurs femmes reconnaissent leur m'laya à l'odeur laissée par leur skhab. La manifestation de l'appartenance se fait par l'olfaction.

_________________
On ne naît pas femme, on le devient (Simone de Beauvoir)


http://manar-buchladen.over-blog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nedjma.canalblog.com/
Nedjma
Admin
avatar

Nombre de messages : 30480
Age : 63
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Le voile traditionnel au Maghreb   Dim 10 Juin - 18:40

3ème partie

LA DISCRÈTE ÉCLIPSE DE LA M'LAYA, OU L'ULTIME ADIEU À SALAH BEY
L'histoire du voile noir des femmes de l'Est

Par ABDELKADER KELKEL

Au fil du temps, plusieurs événements ont interféré dans l'histoire du port de la mlaya. Particulièrement deux :
1- On attribue le recours au port de la mlaya par les femmes de l'Est à l'occupation du Beylik de l'Est par l'armée coloniale française, et la défaite de Hadj Ahmed Bey, dernier bey de Constantine - 1826-1837 - mais aussi le plus connu. Il combattit les armées colonialistes françaises jusqu'à 1837, à partir de Constantine et de Annaba. Et jusqu'à 1849, il leur mena la vie dure, des Aurès aux portes du Sud. C'était un kouroughli, sa mère, El-Hadj Raqia, était une Bengana de Biskra. Il se proclama pacha et se considéra dey après la capitulation de Hussein Dey le 3 juillet 1830. Il se choisit un drapeau et frappa une monnaie. Son aura de dernier chef de guerre, résistant dans l'Est à l'occupation française, le fit se confondre dans l'imaginaire populaire collectif avec Salah Bey. Au-delà des vérités historiques immuables, cela donne plus de saveur à l'histoire de la mlaya.
2- Le deuxième événement auquel le port de la mlaya est rattaché a trait au deuil des assassinats et tueries perpétrés par les colons, l'armée et la police françaises à partir du 8 mai 1945, sur des civils algériens à Sétif, Kherrata, Guelma et ailleurs dans l'Est. Néanmoins si, pour ce dernier événement, l'anachronisme historique entre les faits de 1945 et le port de la mlaya est caractérisé, ces massacres renforcèrent le recours au port de cet habit de sortie. D'ailleurs à toutes les époques, il y a eu dans l'Est du pays des événements beaucoup plus à tort qu'à raison, qui ont entretenu le retour à la mode du port de la mlaya.
Mais ces événements historiques, intervenus bien après la mort de Salah Bey et n'ayant aucun rapport avec le personnage, ont-ils vraiment un lien direct avec le port de cet habit de sortie ? Ou bien ont-ils été prétextés par les hommes comme support d'exacerbation du deuil et de ses prétendus signes, pour maintenir les femmes voilées, couvertes et soustraites aux regards des autres hommes ? Si au départ, la mlaya fut un choix de femmes qui se sont assumées, le temps et des préjugés firent que les hommes décident depuis pour elles. Dans l'absolu, l'être humain cache ce dont il a honte, par rapport aux canons du comportement établis par d'autres hommes. En couvrant les femmes, tout en prétextant les protéger, les hommes extériorisent et montrent en réalité leur impuissance, leur vulnérabilité et leur peur d'être frustrés. D'ailleurs, une pudeur non justifiée mais manifeste jusqu'à nos jours empêche certains d'entre eux de prononcer le nom de leur mère ou celui de leur femme, notamment en public.

Fortes de leur féminité et opiniâtres comme elles savent l'être, les femmes de l'Est laissèrent à un moment tomber la mlaya lors de leurs sorties. Comment cela est-il arrivé ?
L'urbanisation des villes de l'Est a nécessairement imposé l'urbanité de la vie qui s'y déroule. Par ailleurs, des apports de modes de vie externes, et des sujétions à des impératifs dictés par la conjoncture d'après colonisation avaient interféré. La colonisation en concours avec certains commandements des «temps modernes» avait également restructuré l'organisation sociale des Algériens.
Jusqu'au début du 20e siècle, la ville n'occupait pas une place importante dans la vie des Algériens. Le travail, l'activité et la force de travail se concentraient dans les campagnes. C'était la société agricole anté-industrielle : la campagne était le centre d'intérêt des populations. Après 1900 et malgré l'appauvrissement quasi général de la population algérienne, il y a eu dans les villes l'apparition d'une relative bourgeoisie autochtone et d'une élite locale. Et selon Charles Robert Ageron, «les H'dar, ou Beldyia, étaient les fidèles dépositaires des traditions de la vieille civilisation andalouse, ce sont les mainteneurs de l'Algérie du passé. Les laudateurs des temps révolus, profondément religieux, ils défendaient l'Islam et imposaient les strictes prescriptions coraniques, comme ils les comprenaient. Ils s'opposaient aux innovations modernes et à l'égalitarisme niveleur français à la politique d'assimilation et à l'instruction française».
Paradoxalement, c'est de cette matrice conservatrice que va naître une nouvelle génération peu regardante sur la pratique religieuse, s'instruisant et s' info rmant sur des supports en français, livres, journaux et périodiques. Cette génération va discrètement européaniser sa façon de vivre et particulièrement ses idées. Ce qui constituait au regard des membres de leurs propres familles, demeurées rigoristes, des innovations blâmables: des Bida'a. De cette bourgeoisie et de cette élite, vont émaner aghas, bachaghas, caïds, délégués financiers, officiers de l'armée française, interprètes, conseillers généraux, médecins, avocats, cadis ou muftis qui auront bon gré, mal gré, accepté de franciser leurs familles individualisées. Ce sont alors les premières filles allant à l'école française, au primaire, au lycée et jusqu'à la faculté. Ce seront les premières institutrices, les premières infirmières, et les premières secrétaires. A la moitié du 20e siècle, la plupart des familles citadines et certaines familles rurales avaient accepté, parfois sans avoir le choix, d'envoyer leurs filles à l'école française. Cette dernière institution étant considérée comme le cadre d'une éducation adaptée au temps ; un lieu de savoir, de formation, d'instruction, d'enseignement, de savoir-vivre, d'éducation physique et sportive et de discipline. L'école moderne, par opposition à l'école coranique qui n'avait pas beaucoup à offrir en matière d'échanges pour affronter la modernité et ses impératifs, était surtout regardée comme le passage obligé pour la promotion sociale de tous, et des filles en particulier. Et on n'allait pas à l'école moderne voilée. D'ailleurs les filles qui fréquentaient à partir des années 40 les medersas du Cheikh Abdelhamid Benbadis y allaient aussi non voilées.
D'un autre côté, la timide industrialisation de l'Algérie et la création d'activités de services allaient appeler l'emploi d'une main-d'oeuvre féminine. Les travailleuses étaient issues des milieux sociaux pauvres, ou appauvris par la colonisation. L'emploi de la main-d'oeuvre féminine débuta également avec le 20e siècle. Les femmes algériennes étaient 1.520 en 1902, 7.533 en 1905, 21.397 en 1911 et 25.811 en 1924 à sortir travailler, sur une population autochtone estimée en ces périodes à entre 4 et 6 millions d'habitants. Elles étaient chiffonnières, travaillant dans des ateliers de triage de chiffons, elles étaient aussi femmes de ménage ou domestiques sinon ouvrières d'industries. Même si les ouvrières allaient, au début, au travail voilées, elles n'allaient pas tarder à ôter la mlaya à l'Est, du moins, cet habit de sortie ne véhiculait plus les valeurs dont les hommes l'avaient chargé.

A partir des années 1930, les Algériennes des villes découvrent les films, les journaux et les revues des pays arabes du Moyen-Orient, notamment égyptiens. Elles y voient des femmes arabes, et toutes considérées peut-être à tort comme musulmanes, habillées à l'européenne, et les cheveux libres. Oum Kaltoum - Fatima Ibrahim de son vrai nom - pour ne prendre que la plus célèbre d'entre elles, apparaît habillée à l'occidentale, cheveux libres et bien coiffés, dans Widad, l'esclave chanteuse, film de 1936, également en 1937 dans Nachid Al Amal. Comme se présentera devant le public l'autre star en 1938, Leïla Mourad, dans le film Yahia El-Hob. Et pour les Maghrébins en général et les Algériens en particulier, tout ce qui vient de l'Orient arabe est indûment sacralisé, et est censé être plus proche de la source et de l'originel. Ceci est valable pour tous les domaines. Les Algériennes firent aussi comme les femmes arabes orientales, elles occidentalisèrent leurs tenues de sortie, et abandonnèrent mlaya, haïk, etc. Durant la guerre de libération, les femmes combattantes de la liberté qui se sont battues à l'Est, comme toutes les héroïnes de la révolution, se sont habillées en treillis de combat, les cheveux soigneusement coupés sinon proprement noués en queue de cheval. Elles étaient fières, ces femmes. Dès 1970, la politique économique adoptée offrit beaucoup de postes de travail aux femmes, dans tous les secteurs, et celles-ci travaillaient dévoilées, elles étaient parfois plus efficaces, au même poste de travail, que leurs collègues masculins. Les années 1990 allaient voir l'importation, également d'Orient, d'autres façons de s'habiller pour les femmes, lors de leurs sorties. Et la gamme de choix de cette introduction est très variée. Les rues de nos villes grouillent, depuis, d'habits de sortie divers et hétéroclites : afghans, pakistanais, séoudiens, syriens, égyptiens, turcs, rarement algériens, et presque plus d'habits considérés comme universels.
Les facteurs de nuisance et de dangerosité à la cohésion d'une société, ainsi qu'à l'intelligence du vivre ensemble, sont la propagation d'idées qui altèrent la vérité et l'entretien volontaire d'amalgames fallacieux entre par exemple le domaine du confessionnel, d'une part, et d'une autre les acquis, les héritages, les traditions et les usages vestimentaires autochtones ou introduits, qui perturbent, désemparent et culpabilisent injustement des hommes et des femmes. Car depuis quand l'habit tout court, et l'habit de sortie en l'occurrence, décide-t-il de la volonté, de l'éthique, de la vertu et de la piété d'un être humain ?
Hommage est ici rendu à toutes les femmes qui l'avaient compris pour ne pas s'être encombrées, ni de vêtements de sortie prétendument normatifs, ni des préjugés qui leur servent de socle, dans leur combat de conquête de la liberté pour l'Algérie : de Fatma N'soumer à Hassiba Ben Bouali et toutes les héroïnes, célèbres ou inconnues. A Baggar Hadda, Ouarda El-Djazaïria, pour avoir dit et chanté l'espoir, et toutes les autres. A Hassiba Boulmerka et Nouria Benida Merrah et toutes les autres, pour avoir donné de la fierté aux Algériens. Et enfin à toutes les femmes algériennes anonymes qui ont défait le terrorisme. Et avec la nostalgie des senteurs d'antan qui ont déserté nos rues. Je cite, la traduction du 26e verset de la soura El A'araf, par Cheikh Hamza Boubakeur, ainsi faite : «O fils d'Adam ! nous vous avons dotés de vêtements pour couvrir votre sexe et de parures. (Mais) la piété est le meilleur vêtement. C'est là un des signes de Dieu. Peut-être s'en souviendront-ils».

Je terminai par dire que si toutes les confessions se veulent universelles, l'habit, lui, est géographiquement et historiquement communautaire. Comme la culture est, elle, locale. La mlaya est culturellement née dans l'Est de l'Algérie. C'est un habit de sortie lié à un événement historique précis et fixé par les usages pareillement au haïk, au sefsari ou à la melehfa, etc. Et comme tous les usages, ils sont évolutifs.
Avec le temps, ils se perdent et sont supplantés par d'autres. Mais alors pourquoi est-il infligé à nos femmes, sans questionnement aucun, d'adopter des vêtements de sortie nés culturellement ailleurs ?

ABDELKADER KELKEL

Le Quotidien d'Oran - 26 et 27 mars 2006

Bibliographie :
- Mahfoud Kaddache : L'Algérie Des Algériens - IDIF 2000.
- Charles Robert Ageron : Les Algériens Musulmans Et La France - Editions PUF.

_________________
On ne naît pas femme, on le devient (Simone de Beauvoir)


http://manar-buchladen.over-blog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nedjma.canalblog.com/
Elisa
Grande Femme en Action
avatar

Nombre de messages : 1366
Date d'inscription : 19/03/2007

MessageSujet: Re: Le voile traditionnel au Maghreb   Dim 10 Juin - 21:39

il n'est pas rare de voir des femmes vétues ainsi encore en algérie.
La peinture est jolie en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nedjma
Admin
avatar

Nombre de messages : 30480
Age : 63
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Le voile traditionnel au Maghreb   Dim 10 Juin - 21:51

mais de moins en moins, Elisa, elles préfèrent le hidjab parce qu'elles ont les mains libres...

_________________
On ne naît pas femme, on le devient (Simone de Beauvoir)


http://manar-buchladen.over-blog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nedjma.canalblog.com/
ANDORRA
Femme en action
avatar

Nombre de messages : 364
Age : 63
Localisation : extreme sud est france
Date d'inscription : 29/12/2007

MessageSujet: Re: Le voile traditionnel au Maghreb   Lun 7 Jan - 16:20

:006: c'est peut être pratique le hidjab mais d'une laideur.. les femmes portaient le voile avec elegance à chaque region son voile fait de la plus belle soie et je ne parle pas des voilettes de dentelle..c'etait quand même très feminin avant que ce vêtement ne soit supplanté par cette espèce de sac à patates qui rend difforme. ma foi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simply
Collaboratrice
avatar

Nombre de messages : 5887
Age : 45
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Le voile traditionnel au Maghreb   Lun 7 Jan - 20:18

Moi j'aime beaucoup les femmes indiennes avec leur beau voile !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://simplylife.canalblog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le voile traditionnel au Maghreb   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le voile traditionnel au Maghreb
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le voile traditionnel au Maghreb
» voile deriver 445
» Le maghreb des livres 2010
» La Turquie autorise le port du voile à l'université
» 4e Semaine Internationale de la Voile de Deauville.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Femmes en action :: Femmes d'action :: Traditions, sexualité et histoire du Maghreb et du Monde-
Sauter vers: