Femmes en action

Forum pour femmes modernes et actives de toutes origines et cultures
 
AccueilCalendrierGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le féminisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Simply
Collaboratrice
avatar

Nombre de messages : 5887
Age : 45
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Le féminisme   Jeu 5 Avr - 11:44

Le féminisme est un « mouvement revendicatif ayant pour objet la reconnaissance ou l'extension des droits de la femme dans la société » (définition tirée du dictionnaire de l'Académie française).

Le féminisme est une lutte menée 'pour' et principalement 'par' les femmes afin d'abolir l'oppression dont elles sont victimes au quotidien dans les sociétés patriarcales où la tradition établit des inégalités fondées sur le sexe. Le féminisme analyse la condition féminine dans l'histoire et dans le monde contemporain en une réflexion tout d'abord menée par Simone de Beauvoir, l'une des premières féministes qui revendiqua l'égalité en droits.

Le féminisme travaille donc à construire de nouveaux rapports sociaux et développe des outils propres à la défense des droits des femmes et de leurs acquis. Les féministes défendent l'idée que « le personnel est politique » : les violences subies par des femmes dans la sphère « privée » ne doivent plus être occultées et le travail domestique non rémunéré ne doit plus incomber aux seules femmes.

La pensée féministe vise à l'émancipation des femmes en les aidant à se structurer pour s'affirmer comme des individus capables de gérer leur propre corps et, de façon plus générale, toutes les dimensions de leurs vies.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://simplylife.canalblog.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le féminisme   Jeu 5 Avr - 16:26

jsuis pour le feminisme mais a dose moderee y a des femmes qui exagerent quand même
Revenir en haut Aller en bas
Simply
Collaboratrice
avatar

Nombre de messages : 5887
Age : 45
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Le féminisme   Jeu 5 Avr - 17:30

oui c'est vrai ! je suis d'accord !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://simplylife.canalblog.com/
Najou

avatar

Nombre de messages : 68
Localisation : Tunisie
Date d'inscription : 25/03/2007

MessageSujet: Re: Le féminisme   Jeu 5 Avr - 19:01

Nour a écrit:
jsuis pour le feminisme mais a dose moderee y a des femmes qui exagerent quand même

c'est quoi etre une feministe modéréé? peut on être feministe et moderee ? (selon la definition ci-dessus).

Quand doit s'arrêter le feminisme?

Ce sujet est tres interessant mais il faut être plus explicite quant aux opinions
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simply
Collaboratrice
avatar

Nombre de messages : 5887
Age : 45
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Le féminisme   Jeu 5 Avr - 20:06

Tout à fait Najou en fait pour moi la femme ne doit pas être un objet.
Elle peut tout à fait remplir de fonctions d'hommes.

Mais parfois j'enttends certainne feministes à la téle qui en font trop.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://simplylife.canalblog.com/
Simply
Collaboratrice
avatar

Nombre de messages : 5887
Age : 45
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Le féminisme   Mer 11 Avr - 16:12

cet article est un peu long mais il vaut la pein d'être lu.
Moi pour ma part j'ai du mal à concilier feminisme et femme voilée.
Comment un femme peut-êtr fémiste et en même temps volée se qu'elle à de plus féminin ?






Dans le feu du débat concernant la question du foulard en Occident, on entend souvent affirmer que l’Islam est "misogyne" et restrictif à l’égard des femmes. Compte tenu de la condition sociale actuelle des femmes musulmanes, loin d’être égale à celle des hommes dans les sociétés musulmanes, il est difficile pour l’Occident d’imaginer l’apport positif de l’Islam à l’endroit de la femme.

Tandis que les mouvements féministes s’appuient, pour la plupart, sur des valeurs, une pensée et une idéologie occidentales, le féminisme musulman semble apparaître comme un concept conflictuel puisque ce mouvement tire sa compréhension d’un paradigme religieux, celui de l’Islam, religion prétendue être l’antithèse des valeurs défendues par certaines féministes. En effet, alors même que le concept " féminisme musulman" questionne et interpelle de par son antinomie apparente dans les termes, certain(e)s n’y voient en revanche nulle incompatibilité, bien au contraire. Il n’est pas surprenant d’ailleurs de constater que nombreuses sont les féministes qui perçoivent en l’Islam un opposant majeur aux mouvements féministes ; vision étayée par des représentations sociales et des stéréotypes discréditants relatifs à la question de la femme musulmane.
Les tenantes d’un "féminisme musulman≤", pour leur part, ne voient nulle incompatibilité entre adhésion à une foi et revendication des droits de la femme, l’Islam leur ayant déjà accordé un certain nombre de droits qu’elles revendiquent aujourd’hui en se réappropriant le débat religieux.
Le féminisme musulman est apparu comme un phénomène global dans les années 1990 et s’étend depuis à une vitesse impressionnante jusqu’à ce début de siècle. Il faut dire cependant, que bien qu’il soit un concept récent, le lien entre Islam et féminisme remonte déjà au 19e siècle, à 1890 précisément.
Ainsi, depuis un certain nombre d’années, nous assistons à une dynamique de femmes, en marche dans le monde arabo-musulman mais également en Occident, développant un discours et une pratique articulés à l’intérieur même du cadre de référence islamique et tirant sa compréhension des sources scripturaires (Coran et Sunna) tout en demeurant en quête de droit et de justice pour les femmes au quotidien [2].

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://simplylife.canalblog.com/
Simply
Collaboratrice
avatar

Nombre de messages : 5887
Age : 45
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Le féminisme   Mer 11 Avr - 16:13

Ce mouvement féministe, émergeant de l’intérieur même du féminisme, a simultanément suscité des sentiments de peur mais également d’espoir à travers le monde, en se trouvant à la fois contesté et revendiqué. Nombre de mouvements de femmes s’identifient par l’Islam en remettant en cause l’universalisme du féminisme ou du moins l’"unicité" du modèle féministe en démontrant avec force et détermination la nature plurielle du féminisme. Les premiers mouvements féministes de femmes musulmanes sont apparus lors de leur acquisition des connaissances en sciences islamiques et de leur spécialisation en sources scripturaires et en processus d’interprétation du texte religieux. La sacralisation de l’enseignement religieux explique d’ailleurs pourquoi, malgré une forte tradition patriarcale, les femmes n’étaient pas exclues de l’instruction. L’histoire musulmane offre même, à différentes périodes, de grandes figures féminines réputées pour leur savoir général et religieux en particulier.
Cet accès aux études et le "renouveau" de leur engagement leur ont octroyé la possibilité de promouvoir une relecture du Texte à la lumière du contexte et de l’éthique musulmane, tout en produisant une réflexion profonde et une remise en question des pratiques culturelles et coutumières, principales responsables de la décadence de la condition de la femme musulmane. Amina Wadud [3], spécialiste de ces questions, apparaît comme une figure de proue du féminisme musulman à l’échelon international. Dans son interprétation du Coran [4], elle combine la méthodologie des sciences islamiques avec les nouveaux outils des sciences sociales, tout en ayant des assises fermes et centrales à l’intérieur de la pensée musulmane. Elle comprend que la modernité met à l’épreuve les identités de par les changements toujours plus rapides qu’elle engendre et le rapprochement des frontières qu’elle implique. Elle considère qu’on ne peut légiférer sur des questions de femme sans les femmes comme agents de leur propre définition et que cette réforme ne doit pas se réaliser anarchiquement mais bien prendre en compte les sources premières de l’Islam, la jurisprudence passée et le contexte.
Déjà, les femmes sont très activement engagées dans la modernité car celle-ci les a mises face à leurs responsabilités en tant qu’actrices de leur épanouissement personnel et de celui de l’humanité tout entière. Elles n’inscrivent pas leur lutte dans un combat contre l’Islam mais renforcent leurs positions à partir des sources scripturaires ; elles y discutent les principes de la Charria et son élaboration avec précision, pour ne pas laisser le monopole aux lectures traditionalistes portant sur la question de la femme. Elles considèrent l’Islam comme la voie spécifique de leur libération et aspirent à une interprétation libérée de toute lecture "masculine".

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://simplylife.canalblog.com/
Simply
Collaboratrice
avatar

Nombre de messages : 5887
Age : 45
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Le féminisme   Mer 11 Avr - 16:13

Il est en outre inconcevable d’affirmer l’existence d’une barrière infranchissable entre le féminisme et l’Islam et de ne voir en ce dernier que le porte-parole des intérêts et des privilèges masculins. Ces mouvements de femme s’inscrivent dans un cadre purement et simplement islamique : il s’agit d’un féminisme à l’intérieur du féminisme et qui part "d’une appartenance religieuse pour arriver à des principes universels". Cette approche féminine et l’adoption de deux référents, l’un spécifique, à savoir la dimension religieuse, et l’autre universel, doivent leur permettre d’inscrire leurs revendications dans leur contexte, tout en étant le garant d’une dynamique harmonieuse entre des revendications pour plus de justice à l’endroit des femmes et une identité musulmane assumée.
Se libérer à partir d’un discours de l’intérieur de l’Islam, tel est le défi des féministes musulmanes : par le biais d’une participation active dans toutes les sphères de la société, ces femmes proposent un autre modèle de femme émancipée et libre

[1] Cf Margot Badran, The origin of feminism in Egypt in Current Issues in Women History By Arina Angerman, Geertebinnenia Annemiekerkennen, VetiePoets and Jacqueline Zirkzec, London Routledge 1989
[2] Cf Margot Badran, Islamic feminism : What’s in a name?, in Al-Ahram Weekly, Le Caire, 17-23 janvier 2002)
[3] Professeure en sciences islamiques (Islamic studies) à l’université du Commonwealth de l’Etat de Virginie et à Harvard dans le département de théologie.
[4] Auteure de la première interprétation du Coran par une femme dans le monde occidental "Le Coran et la femme : relire le Texte sacré dans une perspective féminine ".
Par Malika Hamidi Yenoo Belgique.



Les droits de la femme en Islam

Il est caractéristique d'observer aujourd'hui que lorsque l'on s'interroge sur la Loi Islamique (Shariâ), l'une des premières images qui vient à l'esprit est celle de la femme, que l'on suppose méprisée et occupant un rang inférieur dans la communauté musulmane. Traiter un sujet aussi important nous pousse à nous tourner vers les sources authentiques de la tradition musulmane.
Premièrement, la femme est considérée sur le plan spirituel comme l'égale de l'homme. Le Coran affirme : "En vérité, je ne laisse pas perdre l'œuvre de celui qui agit bien, qu'il soit homme ou femme. Vous participez les uns des autres." (3/195)
La femme peut s'élever au plus haut degré de la spiritualité. C'est ainsi que la mère de Jésus (as) est pour les musulmans un modèle de pureté. "Et lorsque les Anges dirent : "O Marie ! Dieu t'a élue, t'a purifiée et t'a élue au-dessus des femmes des mondes" (3/142).
Sur le plan communautaire, l'islam a accompli une véritable révolution sociale. D'abord en soulignant que la tendresse et la miséricorde sont les fondements de la vie conjugale : "Parmi les signes de Dieu, il y a le fait qu'il a créé à partir de vous-mêmes pour vous, des épouses pour que vous trouviez auprès d'elles le calme et le gîte ; et qu'il a établi entre vous des liens de tendresse et miséricorde. Il y a en cela des signes certains pour des gens qui méditent" (30/21).
Ensuite, l'Islam a accordé à la femme tous droits légitimes :


1) LE DROIT À LA LIBERTÉ
La liberté de croyance. Nul ne peut contraindre une femme à embrasser une religion. La liberté de choisir son conjoint. Une jeune femme était allée voir le Prophète (saw) lui déclarant que son père voulait absolument la contraindre au mariage. Le Prophète (saw) lui laissa le choix de refuser ou d'accepter. Cela se passait au 7e siècle. Or, ce n'est que très récemment qu'en Europe, on commençait à reconnaître ce droit à la femme. En outre, la femme musulmane peut faire en sorte que soit stipulé dans son contrat de mariage que son mari ne prendra pas une seconde épouse.
En autorisant la polygamie cependant, l'Islam est fidèle à sa vocation universelle : dans certaines situations en effet, comme en période de guerre où le nombre de femmes finit par dépasser celui des hommes.
Dans de telles circonstances, si l'on exclut la prostitution, le désordre sexuel ou le célibat forcé pour les "femmes en surnombre", la polygamie reste rationnellement la seule solution. Rappelons qu'au terme de la Seconde Guerre mondiale, de hauts responsables européens s'étaient déclarés prêts à légitimiser la polygamie pour prévenir la marginalisation et l'exploitation de dizaines de milliers de femmes. D'ailleurs, il y a une certaine hypocrisie dans l'attitude qui consiste à critiquer la polygamie parce qu'elle rend légale une situation de fait, tout en admettant que les hommes puissent vivre dans l'ombre et illégalement quelques aventures extra conjugales.


2) LE DROIT À LA PROPRIÉTÉ
La femme en Islam peut avoir des propriétés. Elle peut établir des contrats, faire des échanges, s'engager dans le commerce. Le Coran déclare : "Aux hommes revient une part de ce qu'ils auront gagné et aux femmes revient une part de ce qu'elles auront gagné" (4/32). Elle possède ainsi une personnalité juridique complète. Mariée, elle reste maîtresse de son avoir. En Europe, ce n'est qu'à la fin du 19e siècle qu'elle a obtenu ce droit. Auparavant, l'ensemble de ses biens devenait, une fois mariée, la propriété de son mari.


3) LE DROIT A L’INSTRUCTION
L'Islam a décrété que la recherche du savoir est un devoir qui incombe à tout musulman et à toute musulmane. Aux premiers temps de l'Islam, les hommes n'hésitaient pas à interroger sur des questions d'ordre juridique Aïcha (raa), la femme du Prophète (saw), dont l'autorité en la matière était reconnue par les plus grands savants de l'Islam.
Aujourd'hui encore dans un grand nombre d'Universités musulmanes, les femmes jouent un rôle essentiel, aussi bien dans l'enseignement des sciences techniques que des sciences religieuses.
Présenter donc la femme comme un être dépersonnalisé et privé de ses droits les plus élémentaires constituent une grave erreur qui ne résiste pas à un examen sérieux
Hani Ramadane



Article relevé dans le Bulletin du Centre islamique de Genève (juin 2000).


Comment le Saint Coran dépeint-il l’image de la femme, image qui reflète sa place dans la société ?

Réponse du Sheikh Ahmad Ash-Sharabasî.


La femme constitue la moitié de la société. Ceci est une vérité que la raison connaît et que la réalité confirme. Lorsque nous revenons au Saint Coran, nous constatons qu’il dote la femme d’une personnalité distinguée, fondée sur le respect de soi, sur la dignité et sur la noblesse du caractère. Si le Prophète, paix et bénédiction de Dieu sur lui, dit : "Les femmes sont les sœurs germaines des hommes" c’est qu’il déduit cela de la guidance du Saint Coran. De nombreux versets nous font sentir en effet l’égalité au titre de l’humanité dans les droits naturels entre l’homme et la femme. Ainsi, le Coran parle-t-il d’elle dans des termes signifiant son partenariat avec l’homme et la responsabilité qui leur incombe conjointement.
Par exemple, le Coran dit dans l’histoire d’Adam, le père de l’humanité : "Et Nous dîmes : ‹Ô Adam, habite le Paradis toi et ton épouse, et nourrissez-vous-en de partout à votre guise ; mais n’approchez pas de l’arbre que voici : sinon vous seriez du nombre des injustes›." [1] Le Coran dit également au sujet des femmes et des hommes : "Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance. Mais les hommes ont un degré sur elles." [2] Le degré en question ici est celui de la responsabilité de la famille et des soins qui lui sont dûs.
Le Coran dit encore : "Aux hommes revient une part de ce qu’ont laissé les père et mère ainsi que les proches ; et aux femmes une part de ce qu’ont laissé les père et mère ainsi que les proches" [3]. Il dit aussi : "Leur Seigneur les a alors exaucés : ‹En vérité, Je ne laisse pas perdre le bien que quiconque parmi vous a fait, homme ou femme, car vous êtes les uns des autres." [4] Ou encore : "Les musulmans et musulmanes, croyants et croyantes, obéissants et obéissantes, loyaux et loyales, endurants et endurantes, craignants et craignantes, donneurs et donneuses d’aumônes, jeûneurs et jeûneuses, gardiens de leur chasteté et gardiennes, invocateurs de Dieu et invocatrices : Dieu a préparé pour eux un pardon et une énorme récompense." [5]
On constate également que le Saint Coran - pour nous faire sentir la personnalité de la femme et son identité qui doit être protégée et préservée - appelle une des plus longues sourates du Coran : "Les Femmes". Il y parle d’un grand nombre d’affaires relatives aux femmes, affaires qui montrent que la personnalité de la femme dans la société islamique est fondée sur des bases de considération et de respect au regard de l’Islam. Le Coran appelle une autre sourate "La Plaideuse" qu’il commence en parlant de l’écoute accordée par Dieu, par-dessus sept cieux, à une femme qui discutait avec le Prophète et conversait avec lui. Il dit au début de cette sourate : "Dieu a bien entendu la parole de celle qui discutait avec toi à propos de son époux et se plaignait à Dieu. Et Dieu entendait votre conversation, car Dieu est Audient et Clairvoyant." [6]
Le Sage Coran nous parle également de la femme en indiquant que sa personnalité s’élève vers le ciel lorsqu’elle se pare d’un certain nombre de vertus religieuses et sociales. Il s’adresse ainsi à certaines épouses du Prophète dans la sourate 66, l’Interdiction, leur disant : "S’il (Muhammad) divorce d’avec vous, il se peut que son Seigneur lui donne en échange des épouses meilleures que vous, musulmanes, croyantes, obéissantes, repentantes, dévotes et jeûneuses" [7], autrement dit, obéissant à Dieu, accomplissant Ses droits, préservant ce qui doit être préservé au niveau de l’âme, des biens et de l’honneur. De telles femmes se caractérisent par l’honnêteté et la pureté, et sont des émigrées (de La Mecque vers Médine) et des jeûneuses. Ces vertus sont en vérité les mères de toutes les vertus.
Le Saint Coran nous présente par ailleurs de fabuleux exemples des meilleures femmes de l’histoire de l’humanité. Il nous parle ainsi de femmes exemplaires par la foi, l’endurance, la pureté, l’attachement au lien robuste de Dieu. Elles ont ainsi bénéficié au cours des siècles d’une histoire éternisée et d’une mémoire glorieuse. Écoutons donc ce que dit Dieu le Très-Haut : "Et Dieu a donné l’exemple, pour ceux qui croient, de la femme de Pharaon, quand elle dit : ‹Seigneur, construis-moi auprès de Toi une maison dans le Paradis, et sauve-moi de Pharaon et de ses actes ; et sauve-moi des gens injustes›. De même, Marie, la fille d’Amram, qui avait préservé sa virginité ; Nous y insufflâmes alors de Notre Esprit. Elle avait déclaré véridiques les paroles de son Seigneur ainsi que Ses Livres : elle fut parmi les dévoués." [8]
Le Coran reprend à plusieurs reprises le discours au sujet de la Pure et Vierge Marie, de l’honneur dont elle a été pourvue, de sa pureté, de sa préservation d’elle-même. Il dit par exemple à son sujet : "Son Seigneur l’agréa alors d’un bon agrément, la fit croître de belle manière. Et Il en confia la garde à Zacharie. Chaque fois que celui-ci entrait auprès d’elle dans le Sanctuaire, il trouvait près d’elle de la nourriture. Il dit : ‹Ô Marie, d’où te vient cette nourriture ?› - Elle dit : ‹Cela me vient de Dieu. Il pourvoit certes de biens à qui Il veut sans compter›." [9] Le Coran dit également : "Et quand les Anges dirent : ‹Ô Marie, certes Dieu t’a élue, t’a purifiée et t’a élue au-dessus des femmes des mondes. Ô Marie, obéis à Ton Seigneur, prosterne-toi, et incline-toi avec ceux qui s’inclinent›." [10]
Le Coran nous parle aussi de la mère de Moïse symbolisant l’instinct maternel dans ses significations les plus profondes, pleine de crainte pour son nouveau-né, pleine de sollicitude pour son fils unique chéri. Néanmoins, elle ne se rebelle pas contre la décision de son Seigneur : "Et quand tu craindras pour lui, jette-le dans le flot. Et n’aie pas peur et ne t’attriste pas : Nous te le rendrons et ferons de lui un Messager›." [11] Après avoir jeté son fils dans le flot du Nil, son unique préoccupation devient de penser à lui, de par la nature de sa maternité et de sa tendresse. Cependant, elle s’en remet à l’aide de Dieu qui renforce son cœur et le raffermit. Ainsi, le Coran dit : "Et le cœur de la mère de Moïse devint vide. Peu s’en fallut qu’elle ne divulguât tout, si Nous n’avions pas renforcé son cœur pour qu’elle restât du nombre des croyants." [12] On comprend alors que parmi les caractéristiques de la personnalité éminente chez la femme vertueuse : la foi en Dieu, la confiance en Lui et l’endurance dans l’adversité.
Dans le Saint Coran, Dieu indique également que la femme a pu, à certaines époques antérieures, atteindre de hauts rangs prestigieux. Ainsi nous parle-t-il de la Reine de Saba, remarquable par son intelligence, sa vision profonde des choses, son ouverture d’esprit qui l’amène à demander conseil. Le Coran dit de cette femme, dans son épisode avec Salomon : "Elle dit : ‹Ô notables ! Conseillez-moi sur cette affaire : je ne déciderai rien sans que vous ne soyez présents pour me conseiller›. Ils dirent : ‹Nous sommes détenteurs d’une force et d’une puissance redoutables. Le commandement cependant t’appartient. Vois donc ce que tu veux ordonner›." [13] Après que le Coran nous a raconté son attitude face à Salomon, il nous apprend que la Reine de Saba a fini par croire en Dieu, déclarant : "Je me soumets avec Salomon à Dieu, Seigneur de l’univers" [14].
La femme peut prouver, grâce à sa personnalité noble, ses belles vertus et ses œuvres grandioses, qu’elle est la moitié de la société que l’on ne peut en aucun cas mésestimer.
Dieu, Exalté soit-Il, est Le plus Savant n
Traduit de l’arabe du site Islam-Online.net.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://simplylife.canalblog.com/
Elisa
Grande Femme en Action
avatar

Nombre de messages : 1366
Date d'inscription : 19/03/2007

MessageSujet: Re: Le féminisme   Mer 11 Avr - 16:47

tres très interessant simply
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le féminisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le féminisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le féminisme
» Pour vous, qu'est ce que le féminisme?
» L'Argent-Dette
» Le féminisme
» Le masculisme.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Femmes en action :: Femmes d'action :: Traditions, sexualité et histoire du Maghreb et du Monde-
Sauter vers: