Femmes en action

Forum pour femmes modernes et actives de toutes origines et cultures
 
AccueilCalendrierGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les mythes et réalités du réchauffement planétaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
etoilefilante
SuperFemme en action


Nombre de messages : 7476
Age : 51
Localisation : un petit coin perdu au Québec
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Les mythes et réalités du réchauffement planétaire   Mar 22 Avr - 21:19

Réchauffement planétaire : mythes ou réalité

MYTHE

Les scientifiques tentent toujours d’identifier les causes exactes du réchauffement planétaire.

RÉALITÉ

Les scientifiques sont tous d’accord sur les causes de base du réchauffement planétaire.

Les groupes les plus estimés du monde scientifique ont tous affirmé sans équivoque que le réchauffement planétaire a lieu en ce moment. Nous en sommes responsables, car nous utilisons des combustibles fossiles (comme le charbon, le pétrole et le gaz naturel) et dénudons les forêts. L’Académie des Sciences des États-Unis, que la Maison Blanche a surnommé « l’étalon-or de l’évaluation scientifique objective, » a publié une déclaration commune avec 10 autres Académies de sciences qui affirme que : « La compréhension scientifique du changement climatique est maintenant suffisamment claire pour inciter les nations à prendre des mesures promptes. Il est crucial que toutes les nations définissent les mesures rentables qu’elles peuvent prendre maintenant, afin de contribuer à une réduction nette appréciable et à long terme des émissions mondiales des gaz à effet de serre. » (Tiré de « La déclaration commune des Académies de Sciences sur la réponse globale au changement climatique » de 2005. Le texte complet est disponible au www.rsc.ca/index.php?page=&lang_id=2&page_id=188&news_id=36)

Le seul débat encore présent au sein de la communauté scientifique à propos du réchauffement planétaire est le suivant : comment et à quelle vitesse le réchauffement évoluera à cause des émissions à rétention de chaleur. Les scientifiques ont émis un avertissement clair au sujet du réchauffement planétaire. Nous avons en main tous les faits sur les causes et les solutions pour passer à l’action dès maintenant.

MYTHE

Même si le réchauffement planétaire est un problème, si on essaie de le régler, l’économie et les travailleurs des États-Unis en souffriront.

RÉALITÉ

Un programme d’échange de droit d’émission de gaz à effet de serre bien organisé incitera les Américains à trouver une façon rentable de diminuer la pollution par gaz à effet de serre et favorisera le début d’une nouvelle sorte d’économie.

Les affirmations disant que la lutte contre le réchauffement planétaire serait dévastatrice pour l’économie et que plusieurs emplois seraient perdus sont sans fondement. En effet, les compagnies qui ont déjà réduit leurs émissions réalisent qu’en polluant moins, ils économisent en argent. Les coûts d’ensemble d’un programme d’échange de droits d’émission dépendront des émissions ciblées, du calendrier et des moyens utilisés pour sa de mise en œuvre. Une étude indépendante du Massachussetts Institute Technology (MIT) démontre qu’un simple système « cap-and-trade » (un système avec plafond et échangeable) par ménage pourrait coûter moins de 20 $ par année sans avoir de répercussion sur l’emploi.

Il a déjà été établi qu’un programme d’échange de droit d’émission de gaz à effet de serre bien organisé peut réduire les coûts de conformité de façon significative comparé à d’autres approches de réglementation. Par exemple, le programme américain pour combattre les pluies acides a réduit les émissions de dioxyde de soufre de plus de 30 % depuis 1990. Selon l’Agence de protection de l’environnement (EPA) des États-Unis, les coûts aux entreprises n’ont été qu’une fraction de ce que le gouvernement avait estimé. De plus, un plafond obligatoire pour les émissions pourrait inciter une innovation au point de vue technologique et donc, créer de l’emploi. En laissant aller le réchauffement planétaire jusqu’à l’état d’urgence, nous pourrions alors perturber, voire même sérieusement nuire à notre économie. Il est beaucoup plus sage et plus rentable de passer à l’action dès maintenant.

MYTHE

Les vapeurs d’eau sont les gaz à effet de serre les plus importants. Si nous voulons contrôler un gaz à effet de serre, pourquoi ne pas se concentrer sur ceux-ci au lieu du bioxyde de carbone (CO2)?

RÉALITÉ

À cause des liens étroits entre le CO2, la vapeur d’eau et le climat, nous devons nous concentrer sur le contrôle du CO2, même si les vapeurs d’eau retiennent beaucoup plus de chaleur que le CO2,

Les niveaux atmosphériques de CO2 sont établis par la quantité de charbon, gaz naturel et pétrole que nous utilisons, le nombre d’arbres abattus ainsi que les procédés naturels, comme le cycle naturel d’une plante. Par contre, les niveaux atmosphériques de vapeurs d’eau ne peuvent être contrôlés par la population : c’est la température qui a le haut la main. Plus la température est élevée dans l’atmosphère, plus l’atmosphère pourra contenir de vapeurs d’eau et c’est de cette façon que les vapeurs d’eau ont un effet amplificateur. Les gaz à effet de serre, comme le CO2, réchauffent l’air ambiant. L’air plus chaud attire plus de vapeur d’eau. Ces vapeurs d’eau retiennent plus de chaleur et accélère le réchauffement. Les scientifiques ont observé ce phénomène par des mesures prises par satellite qui confirment le lien entre l’augmentation de la concentration de vapeur d’eau et le réchauffement de la planète.
La meilleure façon de diminuer la température et les niveaux de vapeurs d’eau dans l’atmosphère simultanément, est de diminuer nos émissions de CO2.

MYTHE

Le réchauffement planétaire et l’excès de CO2 sont en fait bénéfique pour diminuer les décès dû au froid et permettra des récoltes plus abondantes.

RÉALITÉ

Les effets bénéfiques seront toujours dépassés de beaucoup par les dommages et les perturbations.

Selon les projections scientifiques, même un léger réchauffement pourrait avoir des effets dévastateurs pour beaucoup de secteurs de notre économie. L’élévation du niveau de la mer inondera des communautés côtières, contaminera nos réserves d’eau potable avec du sel et augmentera les probabilités d’inondation par ondes de tempête. Ceci pourrait affecter des dizaines de millions de personnes sur la planète. De plus, les prévisions météo annonceront beaucoup plus de vagues de chaleur intenses, de sécheresses et d’inondations, qui augmenteront sans doute en intensité, causant des pertes en vies et en biens matériels tout en chambardant le monde de l’agriculture.

Bien que des quantités plus élevées de CO2 puissent être considérées comme de l’engrais pour les plantes dans certain cas, les scientifiques croient maintenant que les effets bénéfiques de la fertilisation au CO2 ont été exagérés : dans un écosystème naturel, l’effet de ce type de fertilisation peut diminuer au fil des années, car la plante s’y acclimatera. En plus, l’augmentation du CO2 pourrait être plus bénéfique aux mauvaises herbes qu’aux autres espèces cultivées.

Un taux plus élevé de CO2 a déjà causé l’acidification de l’océan. Les scientifiques s’inquiètent maintenant des effets dévastateurs sur la vie marine et la pêche. Aussi, l’augmentation du smog qui provient des températures plus élevées, pourrait empirer les maladies respiratoires. Les pays sous-développés et les écosystèmes naturels pourraient ne pas être en mesure de s’y adapter.

Le concept qu’il y aura des « gagnants » et des « perdants » selon la région habitée est tiré d’une vision du monde des années 50. Nous habitons un village global. Peu importe les implications morales : lorsqu’une catastrophe environnementale crée des millions de réfugiés à l’autre bout du monde, les Américains seront tout aussi affectés.

MYTHE

Le réchauffement planétaire fait partie d’un cycle naturel. L’Arctique s’est réchauffé auparavant.

RÉALITÉ

Le réchauffement planétaire que nous ressentons n’est pas naturel. Nous en sommes responsables.

Nous sommes la cause de ce réchauffement planétaire car nous utilisons des combustibles fossiles (comme le charbon, le pétrole et le gaz naturel) et dénudons les forêts. Les scientifiques ont prouvé que ces pratiques dégagent beaucoup plus de CO2 dans l’atmosphère que durant les centaines de milliers d’années déjà passées. Ce surplus de CO2 est la cause principale du réchauffement planétaire. C’est depuis 1895 que les scientifiques savent que le CO2 et autres gaz à effet de serre retiennent la chaleur et réchauffent la planète. Comme l’effet de réchauffement s’est intensifié au cours des 30 dernières années, les observations scientifiques plus rigoureuses aussi ont augmenté. Les scientifiques ont examiné et écarté d’autres possibilités naturelles comme les rayons du soleil, les éruptions volcaniques et les rayons cosmiques. (GIEC, 2001)

Malgré les variations en concentration de CO2 de 180 à 300 parties par million (ppm), aujourd’hui la concentration de CO2 se situe autour de 380 ppm. C’est 25 % de plus que la plus haute concentration enregistrée en 650 000 ans. De hauts niveaux de CO2 ont contribué à des périodes de températures moyennes plus élevées tout au long de ce long record (Boden, Carbon Dioxide Information Analysis Center).

En ce qui concerne le dernier réchauffement de l’Arctique, il est vrai qu’il y a eu des périodes de climat plus doux au début du 20e siècle. Les données limitées disponibles pour cette période indiquent que ce réchauffement n’a pas touché autant de régions ou n’a pas persisté année après année comme c’est le cas de nos jours. Mais cet événement, peu importe la chaleur ressentie, n’explique pas le problème actuel. Pourquoi? Parce qu’une tendance à plus long terme et globale comme on le vit en ce moment ne tient pas compte d’un événement isolé et bref : il faut regarder la situation dans son ensemble.

Nous savons que la planète se réchauffe depuis décennies et que la glace arctique fond constamment. Et contrairement aux périodes précédentes de réchauffement dans l’Arctique, il n’y a aucune attente que la température redescendra cette fois-ci : les concentrations à la hausse de gaz à effet de serre assureront le maintien de cette tendance.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
melo-dy
Collaboratrice


Nombre de messages : 15979
Age : 61
Localisation : Stoneham
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Les mythes et réalités du réchauffement planétaire   Mar 22 Avr - 21:21

Merci Etoile je vais lire la 2ieme partie

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
etoilefilante
SuperFemme en action


Nombre de messages : 7476
Age : 51
Localisation : un petit coin perdu au Québec
Date d'inscription : 09/03/2008

MessageSujet: Re: Les mythes et réalités du réchauffement planétaire   Mar 22 Avr - 21:32

C'est long à lire par exemple, faut pas être pressée..... ni être au travail :018:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les mythes et réalités du réchauffement planétaire   Aujourd'hui à 9:50

Revenir en haut Aller en bas
 
Les mythes et réalités du réchauffement planétaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Open data et données personnelles : mythes et réalité… mouvante
» L'accouchement à domicile -- mythes et réalités
» Le bio, mythes et réalités
» CONTES, FABLES, MYTHES ET LÉGENDES.
» Une terrible réalité relayée par le BBC :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Femmes en action :: Santé, beauté, nature :: Nature et environnement-
Sauter vers: