Femmes en action

Forum pour femmes modernes et actives de toutes origines et cultures
 
AccueilCalendrierGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De Camus à Yasmina Khadra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nedjma
Admin


Nombre de messages : 28082
Age : 62
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: De Camus à Yasmina Khadra   Dim 18 Nov - 21:10

J'ai hésité avant de mettre cet article dans la rubrique "Actualités", mais je trouve qu'il ne va pas non plus dans la rubrique "Littérature".
Je trouve qu'il est plus politique que littéraire.
N.
_____________________________________________________________

De Camus à Yasmina Khadra

Jeudi 15 novembre, au moment où l'Algérie des salons spéculait sur la venue ou non de Enrico Macias, l'Élysée conviait une dizaine d'écrivains pour fêter le cinquantième anniversaire du prix Nobel de Littérature octroyé à Albert Camus. Furent présents à cette cérémonie plutôt intime : Catherine Camus (la fille de l'’écrivain), Jean Daniel, Olivier Todd, Amine Maalouf, Daniel Rondeau, Richard Millet, Jean-Noël Pancrazi, Yasmine Ghata, Colette Fellous et… Yasmina Khadra s’il vous plait!. Je vais commencer par une blague en citant Nicolas Sarkozy qui ne s’empêcha pas de lancer à la cantonade : “Grâce à Albert Camus, j'ai la nostalgie, chaque fois que je vais en Algérie, de ne pas être né en Afrique du Nord”. Sacré Sarkozy, il en arriverait à dérouter les plus éminents linguistes. Faisons une rapide incursion dans la pensée Sarkozienne en guise d'’étude de texte comme on faisait dans le bon vieux temps et voyons ce qui ne fonctionne pas dans la phraséologie de notre bouillonnant président : Primo, on a la nostalgie de quelque chose que l'on a connue et qui n’existe plus. Conséquence, Sarkozy, n’étant pas né et n’ayant pas vécu en Algérie, ne peut pas être nostalgique de ce qu’il n’a jamais connu. Secundo, Sarkozy est pris de nostalgie à chaque fois qu’il visite L'Algérie mais son regret c'est de ne pas être né en Afrique du nord. Autrement dit, il aurait pu naître au Maroc ou en Tunisie et pourquoi pas en Libye ou en Mauritanie, mais il serait tout de même nostalgique de l'Algérie. La distance géographique peut en effet disparaître pour peu que les vents cléments de l'Est, de l’Ouest, ou même du Sud, charrient dans leur sillage ces senteurs enivrantes typiques de l'Algérie chère à Alphonse Daudet (Lettres de mon moulin). Mais comme je devine que la culture de Sarkozy est quand même solide malgré son côté un peu brigadier CRS, je mettrai cette faute de style sur le compte des distractions furtives que seul un millésimé Champagne sait engendrer. Passons à l’essentiel. Il est de notoriété publique que dans les salons littéraires, Camus n’a jamais fait l’unanimité quant à son positionnement politique durant la guerre d’Algérie. Son humanisme légendaire le portait en effet à fustiger la voracité des colons qui créaient les conditions de leur propre malheur en soumettant les indigènes à toutes sortes d’humiliations mais son amour pour la mère-patrie le poussait à se positionner contre le besoin de justice quand celui-ci s’exprime à travers les armes ou ce qu’il appelle la terreur. Dans un discours prononcé à l’université de Stockholm il dit ceci, "J'ai toujours condamné la terreur. Je dois condamner aussi un terrorisme qui s'exerce aveuglément dans les rues d'Alger, et qui, un jour, peut frapper ma mère ou ma famille. Je crois à la justice mais je défendrai ma mère avant la justice." Cette phrase sonna comme une douce mélodie aux oreilles des Pieds noirs qui en firent l’un des leurs puisque comme eux, il s’érige en défenseur ultime de la mère (entendre mère-patrie). Pourtant le besoin de justice a toujours été au centre de la pensée Camusienne. Ne dit-il pas que la condition humaine est absurde et que l'’homme n’a d'’autre choix que de se révolter? Dans sa pièce ‘’Les Justes’’ (1950), Camus concéda ‘’J'ai compris qu'il ne suffisait pas de dénoncer l'injustice. Il fallait donner sa vie pour la combattre’’. Ainsi, Le maximalisme auquel l’auteur de la Peste en appelle est celui-là même dont s’est prévalu le FLN durant les années de braise. Le FLN de l'époque (pas celui de Belkhadem Allah Yastar) n’était pas un nid de terroristes mais un groupe d’hommes qui voulurent mettre un terme à leur condition humaine absurde. On voit bien que l'écrivain est traversé par des contradictions qui rendent son œuvre littéraire sublime et son action politique illisible. Il est un peu à l’image du Général de Gaulle qui un jour de 1958 à Mostaganem prononça son fameux ‘’Je vous ai compris’’. Les arabes comprenant qu’il les a compris et les colons aussi! Ce fut une belle pirouette pour sortir d’une impasse politique mais elle n’avait pas le mérite de la clarté. Camus est aussi le digne héritier de cette France un peu franchouillarde qui répugne à donner du sens et de la matérialité aux idées généreuses qu’elle porte dans l'imaginaire universel, dès lors que ses intérêts étroits sont questionnés. Comme si son sens de l'altérité se dissipait devant les calculs d'épicier. Il est difficile de décrire en si peu de temps et en si peu de mots la complexité de l’œuvre de Camus et la dimension extraordinaire de l’homme qui avait, sans doute, sa part d’ombre mais aussi sa part de lumière. L.’histoire retient d’ores et déjà qu’il a été ce grand humaniste qui parla de cette terre algérienne avec beaucoup de générosité et de grandiloquence, en atteste ce passage sublime dans lequel il dit : « j’ai aimé avec passion cette terre où je suis né, j’y ai puisé tout ce que je suis et je n’ai jamais séparé dans mon amitié aucun des hommes qui y vivent, de quelque race qu’ils soient. Bien que j’aie connu et partagé les misères qui ne lui manquent pas, elle est restée pour moi la terre du bonheur, de l’énergie et de la création. ». En ce cinquantième anniversaire de son couronnement par l'institution Suédoise, ne boudons pas notre plaisir et, savourons ce délicieux extrait du discours que Camus prononça le 10 décembre 1957 à la clôture de cérémonie de la remise des prix Nobel. J’ose simplement espérer que Yasmina Khadra qui goûta aux petits fours Élyséens et au thé à la menthe Bouteflikien apprécie la profondeur et la justesse du propos. ‘’ ..Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse. Héritière d’une histoire corrompue où se mêlent les révolutions déchues, les techniques devenues folles, les dieux morts et les idéologies exténuées, où de médiocres pouvoirs peuvent aujourd’hui tout détruire mais ne savent plus convaincre, où l’intelligence s’est abaissée jusqu’à se faire la servante de la haine et de l’oppression, cette génération a dû, en elle-même et autour d’elle, restaurer, à partir de ses seules négations, un peu de ce qui fait la dignité de vivre ou de mourir. Devant un monde menacé de désintégration, où nos grands inquisiteurs risquent d’établir pour toujours les royaumes de la mort, elle sait qu’elle devrait, dans une sorte de course folle contre la montre, restaurer entre les nations une paix qui ne soit pas celle de la servitude, réconcilier à nouveau travail et culture, et refaire avec tous les hommes une arche d’alliance’’. Yasmina Khadra entendra t-il Camus?

Larbi Chelabi

http://www.lematindz.net

_________________
On ne naît pas femme, on le devient (Simone de Beauvoir)


http://manar-buchladen.over-blog.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nedjma.canalblog.com/
Elisa
Grande Femme en Action


Nombre de messages : 1366
Date d'inscription : 19/03/2007

MessageSujet: Re: De Camus à Yasmina Khadra   Lun 19 Nov - 10:26

au lycée le livre que j'ai le plus aimé étudier était un livre de Camus "l'étranger" que tout le monde connait. Merci pour cet excellent article !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
De Camus à Yasmina Khadra
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De Camus à Yasmina Khadra
» yasmina khadra
» POLEMIQUE: YASMINA KHADRA/KAMEL DAOUD
» Yasmina Khadra: L'ambition de mieux faire
» A quoi revent les loups ? De Yasmina KHADRA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Femmes en action :: La vie de tous les jours :: Actualité et actualités-
Sauter vers: